Y aura-t-il une troisième vague après les fêtes de fin d’année ? – France Inter

Spread the love
  • Yum

Les chiffres de l’épidémie sont surveillés de très près en cette fin d’année où les réunions de familles et amicales sont nombreuses. Le virus circule encore trop, alertait ce dimanche Olivier Véran. 15.000 contaminations par jour en moyenne. Le ministre laisse entendre qu’un nouveau confinement n’est pas exclu.

Le ministre de la Santé craint l'effet des rassemblement familiaux et festifs, alors que les chiffres n'étaient déja pas très bons avant Noël
Le ministre de la Santé craint l’effet des rassemblement familiaux et festifs, alors que les chiffres n’étaient déja pas très bons avant Noël © Getty / Westend61

“Nous saurons vite si les rassemblements familiaux et festifs auront un impact”. L’instauration d’un troisième confinement n’est pas exclue si la situation épidémique “devait s’aggraver”, a affirmé ce dimanche le ministre de la Santé Olivier Véran. “Ça ne veut pas dire qu’on a décidé, mais qu’on observe la situation heure par heure”, souligne le ministre dans un entretien au JDD.

Certes, il y a eu beaucoup plus de dépistages la semaine dernière car les Français voulaient vérifier leur statut avant les fêtes, mais la situation épidémique reste préoccupante, a jugé vendredi dernier Santé publique France, dans son bulletin hebdomadaire.

14.000 nouveaux cas par jour en moyenne, avec près de 25.000 patients Covid hospitalisés et près de 2.800 en soins intensifs. Les hospitalisations comme les admissions en réanimation restent stables, mais à un niveau élevé. Bref le plateau est encore trop haut pour pouvoir envisager l’avenir avec sérénité. 

D’autant que deux inconnues rendent les choses incertaines, d’abord comment se seront comportés les Français pendant les fêtes. S’il y a eu du relâchement, tant à Noel qu’au jour de l’an, on le saura d’ici 8 à 15 jours. 

Ensuite, si le variant britannique circule plus qu’on ne le sait et s’il est réellement plus contagieux – ce qui reste à prouver – il pourrait aggraver la situation. 

Avant Noel, certains experts pointaient le risque d’un nouveau pic vers le 22 janvier, avec à ce moment-là jusqu’à 5.000 patients en réanimation, ils évoquaient même pour bien faire, un reconfinement nécessaire dès le 28 décembre. 

Deux régions inquiètent tout particulièrement : le Grand Est (les maires de Reims et Nancy proposent un reconfinement de la région dès maintenant et jusqu’à janvier pour tenter d’inverser les courbes de contamination) et la Bourgogne Franche Comté

La France est d’ailleurs coupée en deux, beaucoup plus touchée à l’est, avec un taux d’incidence de plus de 330 pour 100.000 habitants dans les Ardennes, la Meurthe et Moselle et les Alpes-Maritimes. 

À Nice, le maire Christian Estrosi va convoquer ce lundi un conseil de santé publique, face à des indicateurs Covid en hausse et un “relâchement dans le respect des gestes barrière et de la distanciation sociale”, annonce-t-il dans un communiqué dimanche.

Leave a Reply

%d bloggers like this: