Windows 11 : un pack de thèmes un peu améliorés, mais quoi de plus ?

Spread the love
  • Yum

Windows 11 : un pack de thèmes un peu améliorés, mais quoi de plus ?

La semaine prochaine, Microsoft s’apprête à dévoiler la prochaine version de Windows. Tout porte à croire que cette nouvelle version s’appellera Windows 11, y compris les fuites et les vidéos de présentation publiées par Microsoft en prévision de l’événement.

Nous avions initialement tous pensé que Windows 10 serait la “dernière” version de Windows. Du moins, c’était ce que Microsoft avait dit en 2015. Donc, ce que nous aurions à l’avenir, ce seraient des mises à jour incrémentielles au lieu des versions “Big Bang” que nous avons vues précédemment.

Alors, pourquoi avons-nous une nouvelle version majeure de Windows la semaine prochaine ?

publicité

Petite leçon d’histoire sur les mises à jour de Windows

Rafraîchissons-nous la mémoire : Avant la sortie de Windows 10, nous avions des versions majeures qui apportaient des changements importants au système d’exploitation. Elles constituaient des difficultés colossales pour les utilisateurs grand public et professionnel qui effectuaient des mises à niveau. Par exemple, pour le grand public, Windows 95/98/ME est passé à Windows XP, qui utilisait le noyau NT et l’architecture des systèmes que nous utilisons toujours aujourd’hui. Et cela a été un énorme problème pour les clients.

Avant cela, alors que certains secteurs verticaux avaient migré vers Windows NT 3.51 et 4.0, la plupart des entreprises passaient de Windows 95/98 à Windows 2000, en mettant en œuvre Active Directory (et en passant de LAN Manager et Novell NetWare à NT dans le centre de données), puis XP. Et tout cela de sorte que cette migration a été douloureuse et perturbante pour de nombreuses raisons différentes. Ensuite, nous avons assisté à tout l’imbroglio Windows Vista, puis à la migration vers Windows 7, et au désastre de l’interface utilisateur qu’a été Windows 8.

Ces 20 années ont été très mouvementées. Mais l’arrivée de Windows 10, à l’été 2015, a permis de remettre un peu d’ordre. Microsoft est alors passé à une cadence semestrielle avec des mises à jour incrémentielles pour déployer des améliorations. Il ne s’agit plus seulement d’une série de corrections de bugs ou d’un Service Pack, mais de l’introduction de nouvelles fonctionnalités.

Au lieu d’attendre tous les cinq ans, à peu près, pour les introduire, Microsoft le fait deux fois par an. Grâce à ce régime de mise à jour semestrielle, Windows 10 est aujourd’hui un système d’exploitation très à jour, qui comporte déjà de nombreuses fonctionnalités modernes.

Alors, qu’est-ce que Windows 11 ? Eh bien, si vous lisez le dernier article d’Ed Bott, il semble qu’il s’agisse plutôt d’une mise à jour automnale pour Windows 10, avec une nouvelle expérience utilisateur.

C’est quoi Windows 11 ?

Pourquoi s’embêter avec le branding ? Pourquoi changer le numéro de version ? Qu’y a-t-il de mal à l’appeler Windows 10 21H2 ou 2111 ou autre ? Mac OS X a été la même version mise à jour pendant 20 ans – il est sorti en mars 2001 et n’a pas obtenu le surnom de “11” avant 2020, lorsque le changement vers Apple Silicium a été mis en œuvre. Et la version de cette année, Monterey, est MacOS 12.

Tant de progrès en si peu de temps, Apple ! Mais tout cela n’est que du marketing. MacOS a connu d’énormes changements au cours des 20 dernières années, indépendamment de la marque “X”.

Et avec Windows, c’est la même chose : le Windows 10 de 2015 ne ressemble que superficiellement au Windows 10 de 2021.

Traditionnellement, Microsoft utilise les numéros de version et les noms de marque pour effacer les problèmes d’une version précédente. Windows 7 a fait oublier Windows Vista. Windows 10 a fait oublier Windows 8. Et ce la permis de dynamiser le cycle de mise à niveau des PC avec ses partenaires OEM.

Mais nous n’avons pas difficulté de versions précédentes à faire oublier ici. Windows 10 est un excellent système d’exploitation. Le matériel dont disposent les PC aujourd’hui est en fait assez impressionnant, et Windows 10 tire déjà parti de tout cela.

Nous avons même un sous-système Linux dans Windows désormais qui vous permet d’exécuter toutes sortes d’applications open source. Avions-nous cela en 2015 ? Non.

Redonner vie au cycle de mise à jour des PC

Je pense qu’on peut avancer un argument. Microsoft veut mettre un peu de lustre dans le cycle de mise à niveau des PC. Pourquoi ?

Regardons les choses en face, le problème de Microsoft ici n’a rien à voir avec Windows. Le vrai problème c’est la pandémie et toutes les autres saloperies que nous avons eu a faire face ces quatre dernières années.

Peut-être s’agit-il plutôt d’un moment de célébration pour Microsoft qui dit : “Hé, c’est bon de te retrouver ; voici un nouveau maillot de bain au look flashy pour t’aider à redémarrer. Oh, et pendant que tu y es, rase toi et va chez le coiffeur. Et va t’acheter un nouveau PC ; ta machine est trop vieille.”

Je pense qu’il existe un désir naturel de voir des changements tangibles, surtout si l’on compare la plate-forme PC au Mac. Alors, bien sûr, il y aura les habituelles récriminations de ceux qui pensent que Microsoft n’innove pas assez ou ne se débarrasse pas assez vite de ses anciens produits.

Mais nous ne devrions pas permettre que cela obscurcisse notre réflexion sur les raisons pour lesquelles Microsoft fait tout cela. Il n’est pas non plus juste d’imposer les mêmes règles et contraintes aux clients et aux développeurs de Microsoft qu’à ceux d’Apple.

Le PC n’est pas le Mac, et la clientèle de Microsoft n’est pas celle d’Apple

Nous pouvons jouer à l’habituel “je suis Mac, et je suis PC”. Cela fait de bonnes pub. Mais ce n’est pas ainsi que le monde réel fonctionne.

Il est clair qu’au cours de l’année dernière, nous avons vu Apple apporter des changements significatifs au Mac. Tout d’abord, la société a changé d’architecture de puce, ce qui a permis de réelles améliorations des performances du processeur et de la consommation d’énergie lorsqu’elle est passée à Apple Silicon, basé sur l’architecture Arm.

Deuxièmement, Apple a introduit une nouvelle couche d’émulation x86, Rosetta 2. Troisièmement, Apple a introduit Catalyst pour que les applications iPad puissent fonctionner sur le Mac. Enfin, Apple a ajouté le sandboxing et la conteneurisation sur les Macs Apple Silicon.

Mais dans le cas du PC, cela n’a pas de sens de faire table rase du passé et d’apporter autant de changements radicaux d’un seul coup.

Il est facile pour une entreprise comme Apple de se débarrasser d’applications écrites il y a plus de 10 ans. Elle a décidé avec Catalina, qui est de deux versions antérieure à la version actuelle, de se débarrasser d’un grand nombre d’API et de frameworks anciens. Donc, si vous n’avez pas mis à jour vos applications, vous n’avez pas eu de chance.

Mais cela ne fonctionne pas de cette façon dans le monde de l’informatique professionnelle, lorsque vous avez un secteur vertical et des applications internes qui ont plus de 20 ans. Apple n’a pas de système d’exploitation pour serveur sur la même architecture qui fait tourner des choses dans le cloud ou les centres de données comme le fait Microsoft. Apple ne dispose pas non plus d’une activité de cloud commercial à grande échelle qui doit exécuter ce code hérité comme le fait Microsoft – ou d’une unité d’application commerciale comme Office 365 – qui doit toujours fonctionner.

Si l’on peut dire que Microsoft doit s’inspirer d’Apple, en réalité, lorsque Microsoft doit décider de lancer une nouvelle version de Windows, il doit se préoccuper de tout un ensemble de choses différentes.

Les changements arrivent à un rythme raisonnable

Microsoft pourrait introduire une nouvelle architecture Windows basée sur ARM, ou des conteneurs, pour que Windows se comporte davantage comme Apple le fait avec l’iPad et MacOS Monterey sur l’Apple Silicon. Mais Microsoft a-t-il l’expertise technique et la capacité de mettre cela en œuvre ?

Oui, mais il ne peut pas non plus se permettre de tout remettre à plat comme le fait Apple. Sinon ce sera un désastre total.

La bonne nouvelle, c’est que Microsoft travaille sur ces questions depuis un certain temps, même si vous ne l’avez peut-être pas remarqué. L’entreprise a discuté ouvertement de ce genre de changements lors de sa conférence BUILD. Et l’infrastructure pour ces changements – comme pour les applications conteneurisées et sandboxées qui auraient été intégrées à Windows 10X – est toujours là.

Tout cela sera intégré à Windows 11 après que l’effet wahou se soit dissipé. Ce sandboxing des applications inclut le format de paquet MSIX open source bien documenté pour s’assurer que les installateurs d’applications ne dépassent pas leurs limites.

Mais au lieu d’attendre que tous ces éléments arrivent à maturité et de les déployer en un seul grand changement dans Windows 11, Microsoft opte pour l’approche consistant à “habituer les clients à un nouveau look”. Puis à introduire ces éléments de manière progressive. Comme nous l’avons vu avec Windows 10 au cours des cinq dernières années, tout se passera comme d’habitude sous la forme de mises à jour semestrielles bien plus dicrètes.

En réalité, il s’agit de Windows 10.5, mais pour des raisons de marketing, Microsoft veut l’appeler Windows 11. Et nous devons supposer, au vu de ce qui semble être un cycle de bêta et de déploiement très court, que ce ne sera pas un gros sujet en termes de licence ou de difficulté de mise à niveau. Cela va ressembler à une simple mise à jour automnale. Donc, vraisemblablement, tout matériel PC qui fonctionne déjà sous Windows 10 va faire fonctionner Windows 11. Et cela va simplement bien fonctionner.

Cette fois, faites la mise à jour et ne paniquez pas

Ce n’est pas le genre de changement qui va casser les applications ou rendre orphelin la majorité des PC. Bien qu’il y ait la possibilité que certains systèmes plus anciens, comme les machines 32 bits, soient laissés de côté. Et, franchement, ces machines sont très anciennes.

Mais, la réalité est que, pour 90% d’entre nous, si nous avons un PC qui fonctionne sous Windows 10 aujourd’hui, à un moment donné à l’automne, Microsoft va nous proposer une mise à niveau par le biais de Windows Update, et ce sera sans douleur comme toute autre mise à jour automnales.

Source : “ZDNet.com”

Leave a Reply

%d bloggers like this: