WhatsApp : vous devrez partager vos données avec Facebook pour utiliser l’application

Spread the love
  • Yum

Petit à petit, Facebook renforce l’intégration de ses plateformes de messageries. Les utilisateurs de WhatsApp du monde entier reçoivent ainsi progressivement un message qui s’apparente à une forme d’ultimatum. Ils doivent accepter de partager leurs données personnelles avec Facebook d’ici le 8 févirer prochain sous peine de ne plus pouvoir utiliser leur compte à cette date.

Dans le détail, la compagnie souhaite que vous que vous partagiez avec Facebook, Messenger et Instagram votre numéros de téléphone, vos données de transactions et votre adresse IP. Dans un message publié en ligne, WhatsApp précise :

En tant que membre de la famille d’entreprises Facebook, WhatsApp reçoit des informations de cette famille d’entreprises et les partage avec elle. Nous pouvons utiliser les informations que nous recevons d’eux, et ils peuvent utiliser les informations que nous partageons avec eux, pour aider à exploiter, fournir, améliorer, comprendre, personnaliser, soutenir et commercialiser nos services et leurs offres.

Une intégration renforcée des services qui pourrait déplaire

Depuis des années, Facebook réfléchit à des moyens de dégager des revenus via son service de messagerie très populaire. Comme le notent à juste titre nos confrères de BFM, cette évolution peut s’analyser comme une volonté de l’entreprise de transformer la messagerie en interface à destination des entreprises. Tandis que Facebook et Instagram se destineraient à leurs campagnes publicitaires, WhatsApp pourrait ainsi devenir un espace permettant de développer leur relation client.

Toutefois, cette stratégie n’est pas sans risque. Outre le fait qu’elle pourrait agacer certains utilisateurs à qui on ne laisse guère de choix, elle intervient dans un contexte très particulier pour Facebook. La compagnie fait en effet l’objet de poursuites antitrust aux États-Unis de la part de la Federal Trade Commission ainsi que de quarante-huit procureurs généraux. Dans le cadre de ce procès qui pourrait déboucher sur le démantèlement de l’entreprise, les rachats de WhatsApp et Instagram sont pointés du doigt comme « une atteinte à la concurrence ». Dès lors, l’intégration renforcée des services pourrait ne pas être du goût des régulateurs.

4.6 / 5

113,4 M avis

Leave a Reply

%d bloggers like this: