L’unité nationale qui touche la France, ce mardi 16 avril, semble échapper à certains cadres de l’Union nationale des étudiants de France (Unef). Parmi eux, d’aucuns ont ironisé sur l’incendie survenu à Notre-Dame de Paris, lundi soir, allant même jusqu’à dénigrer l’ « identité française ». Des attaques qui ont suscité l’ire du président d’Avocats sans frontières, qui va porter plainte.

« Wallah vous aimez trop l’identité française »

« Je m’en fiche de Notre-Dame de Paris car je m’en fiche de l’histoire de France », a d’abord indiqué une certaine Hafsa Askar, sur Twitter, avant de supprimer son compte. Celle qui se présentait comme « membre du bureau national de l’Unef », syndicat marqué à gauche, a ensuite écrit : « Les gens ils vont pleurer pour des bouts de bois. Wallah vous aimez trop l’identité française alors qu’on s’en balek objectivement c’est votre délire de petits blancs ». Des messages repérés par Romain Espino, porte-parole de Génération identitaire, captures d’écran à l’appui.

[…]

En réaction, le président d’Avocats sans frontière, Gilles-William Goldnadel, a réagi sur Twitter, indiquant sa volonté de porte l’affaire devant la justice. « Une présidente voilée, des camps racisés, et une membre de son bureau national qui moque la douleur du peuple français et insulte les blancs, moi je trouve l’Unef en parfaite cohérence. Avocats Sans Frontières portera donc plainte avec la même cohérence », a-t-il indiqué.

Valeurs Actuelles