Volkswagen : un poisson d’avril qui pourrait coûter très cher

Spread the love
  • Yum

Comme à chaque 1er avril, tout le monde cherche à faire le meilleur poisson d’avril. Néanmoins, certains vont un peu trop loin et finissent par le regretter, c’est notamment le cas de Deliveroo ou encore de Volkswagen. Un poisson d’avril qui va jusqu’à plonger le constructeur allemand au coeur d’une enquête menée par la Securities and Exchange Commission (SEC). Il faut dire que la “plaisanterie” imaginée par Volkswagen va un peu loin.

Pour commencer, le premier constructeur mondial de véhicules a choisi de lancer son poisson d’avril le 30 mars en dévoilant sur les réseaux sociaux un nouveau logo ainsi qu’un nouveau nom de marque. Volkswagen publie l’annonce suivante : “Nous savons que 66 ans est un âge inhabituel pour changer de nom, mais nous avons toujours été jeunes dans nos cœurs. Voici Voltswagen. C’est comme Volkswagen, mais avec un accent particulier porté sur la conduite électrique. Cela démarre avec notre tout nouveau SUV ID.4 100 % électrique – disponible dès maintenant”.

Une mauvaise blague calculée ?

Ce qui dérange la SEC n’est pas la qualité de la blague ni le non-respect du 1er avril, c’est surtout l’impact de cette “plaisanterie” sur l’action en Bourse de la société. En effet, à Wall Street, l’action Volkswagen a gagné 8% en seulement quelques heures après la mise en ligne de cette publication. C’est pourquoi, la Securities and Exchange Commission a décidé de lancer une enquête concernant la branche nord-américaine de Volkswagen afin de déterminer si cette affaire “Voltswagen” a influencé le cours de l’action de l’entreprise.

Quoi qu’il en soit, avant même de connaître les résultats de l’enquête, ce poisson d’avril est un désastre absolu pour Volkswagen. En plus d’avoir gravement endommagé la confiance des médias qui ont repris les yeux fermés cette publication au premier degré, cette plaisanterie a très certainement endommagé l’image publique de la marque. Cette enquête pourrait être la cerise sur le gâteau en infligeant une lourde amende au constructeur automobile pour ce qui devait être une simple plaisanterie.

Leave a Reply

%d bloggers like this: