Visa revient (déjà) sur les sites du groupe Pornhub

Spread the love
  • Yum

Suite aux révélations d’un article du New York Times plongeant le site pornographique Pornhub dans la tourmente, Visa et Mastercard avaient remis en question leur présence dans les possibilités de paiement de la plateforme.

Quelques jours plus tard, la société MindGeek perdait ses deux principales solutions pour que ses utilisateurs puissent s’abonner aux différents services premium, délaissant Pornhub des cartes bancaires (en plus de PayPal).

Le site est toujours banni, et n’accepte que le Bitcoin maintenant. Pour soigner son image, il avait choisi de supprimer plus de la moitié de ses vidéos en ligne. Une situation critique pour son modèle, sauf si les choses étaient déjà amenées à changer.

Comme le rapportent Reuters et CNN, la société de paiement Visa serait revenue sur sa décision. Son retour n’est pas encore prévu pour Pornhub en particulier, mais sur d’autres sites appartenant au groupe MindGeek (qui possède Pornhub). Un premier pas bien symbolique. Déjà.

« Après un examen approfondi, Visa rétablira les privilèges d’acceptation pour les sites MindGeek qui offrent du contenu pour adultes produit par des professionnels et soumis à des exigences conçues pour garantir le respect de la loi ».

Une enquête toujours en cours chez Visa 

Cette décision est une suite à l’enquête que Visa n’avait toujours pas terminée au sujet de la plateforme au centre des révélations du New York Times. Mastercard, de son côté, avait clairement affirmé son refus de continuer à proposer son système de paiement sur le site par conséquent de son investigation et son choix semble serait définitif.

Visa, le 11 décembre, avait suivi son concurrent sans toutefois confirmer la fin de son enquête, qui semble donc toujours être en cours.

Il n’est pas sûr que ce retour sur différents sites de MindGeek par Visa finisse par confirmer son retour sur Pornhub. Une chose est sûre, la situation actuelle ne rend pas service aux deux sociétés. Entre 6 et 9 millions de vidéos auraient été supprimés sur la plateforme pour ne garder que des vidéos « vérifiées ».

Dans la presse spécialisée, à l’heure où les réseaux sociaux questionnent sur leur système de censure, l’annonce de Pornhub avait fait parler d’elle entre un trop-plein de régulation et un bel effort pour en finir avec les dérives du modèle, accusé par le New York Times d’avoir laissé publier des vidéos d’abus d’individus, notamment mineurs.

Leave a Reply

%d bloggers like this: