Le réseau TBM des tramways de Bordeaux Métropole, totalement paralysé depuis lundi soir par une grosse panne, reprenaient très progressivement ce mardi en fin de matinée. A 13h30, il a complètement repris.

Exploité par Keolis, le réseau était à l’arrêt depuis 19h15 environ. Aucune des trois lignes A, B et C ne circulait. Ce mardi matin, 15 bus de substitution par ligne avaient dû mis en place, avec une fréquence de 15 minutes. Insuffisant pour endiguer le chaos dans lequel étaient plongés les voyageurs. 

Reprise progressive

Il aura fallu attendre quasiment 11h30 ce mardi matin pour que le trafic reprenne progressivement sur les trois lignes, selon TBM. Il restait toutefois très perturbé, avec de nombreux retards partout, le temps que les rames sortent progressivement du dépôt. 


À 14 heures, 80% des rames Circulaient de nouveau sur la ligne A, et 60% sur les lignes B et C. TBM espérait un retour total à la normal pour 16 heures.

Un commutateur informatique a lâché

Les équipes de l’électricien Inéo, qui est contrat de maintenance sur le réseau TBM, avient investigué toute la nuit au cœur du PCC de La Bastide, pour trouver l’origine de cette panne et faire la réparation. Elle se situait au PCC du réseau de tram, le poste central de commande, installé au dépôt des tramways de La Bastide, sur la rive droite. 

La cause de la panne était connue ce mardi matin : c’est un commutateur informatique qui a lâché lundi soir. Mais elle se doublait d’une autre défection portant sur un serveur informatique. Selon Keolis, l’exploitant du réseau, il n’y a pas de lien entre les deux pannes.

Si commutateur a été rapidement réparé, Keolis a eu du mal, à relancer son système informatique de pilotage du réseau ce mardi matin, comme l’explique Philippe Magne, directeur du PCC dans la vidéo ci-dessous. C’est pour cela que le réseau est resté à l’arrêt une grande partie de la matinée.

Des milliers de voyageurs dans les rames au moment de la panne

Selon la direction de Keolis, le PCC, jusqu’à ce mardi matin, était aveugle. Il n’y avait pas de visibilité sur “l’énergie électrique engagée sur le réseau” et ne voit pas non plus les rames sur la carte du réseau. Keolis a donc décidé d’appliquer la procédure de sécurité prévue dans un cas pareil : l’arrêt total du réseau.

Des milliers de voyageurs étaient dans les rames au moment de la panne. Un système de navettes par bus de substitution a été mis en place pour assurer un minimum de service. Puis, vers 20 heures, Keolis a annoncé que les tramways rentraient lentement dans leurs dépôts, sans prendre de voyageurs, ils y sont toujours ce mardi matin.