VIDÉO – “La déflagration a tout soufflé” : Anthony a filmé les explosions à Beyrouth, il raconte – LCI

Spread the love
  • Yum

La vidéo dure quelques secondes. Mais ces quelques secondes permettent de mesurer la gravité des explosions survenues ce mardi 4 août dans la zone portuaire de Beyrouth, faisant un nombre indéterminé de morts et de blessés. Anthony Ghosn était avec l’un de ses proches sur un “rooftop” de la capitale libanaise quand les déflagrations ont soufflé une partie de la ville. 

“On avait vu un feu avec beaucoup de fumées. Mon ami m’a dit de tourner la caméra et on a commencé à filmer”, raconte à LCI ce témoin qui a capté toute la scène. “On était dans un rooftop, près de la côte de Beyrouth. On a entendu trois explosions dans la fumée, comme une sorte de feu d’artifices. La troisième explosion a été très, très forte. La déflagration a tout soufflé. Le choc était si fort qu’on ne pouvait plus voir devant nous. Mon ami est tombé, moi je me suis caché directement sous une table.”

D’importants dégâts ont été rapportés dans plusieurs quartiers de la ville côtière. “Sur Beyrouth, il n’y a plus d’électricité. Tous les poteaux électriques sont tombés, arrachés. Toutes les vitres des immeubles sont cassées”, explique le jeune homme. “Je ne suis pas de la génération de la guerre, mais mes parents m’ont dit que la crise économique actuelle est pire que la guerre civile libanaise. Là, avec ce que j’ai vu, j’ai vu Beyrouth détruite en plus de la crise économique”, déplore Anthony Ghosn. 

Ce mardi soir, à Beyrouth, le chaos est total. “Le port de Beyrouth, c’est l’ouverture du Liban vers le monde. Quand le port est atteint, on peut logiquement craindre une pénurie”, s’inquiète notre témoin libanais. “Tout le monde se rue dans les supermarchés.” Mais sur place, une chaîne de solidarité s’est créée. “Tous les jeunes libanais se sont précipités dans les hôpitaux pour donner du sang”, précise-t-il. “Des gens sont descendus dans la rue pour aider les pompiers et l’armée. Les hôtels ont ouvert leurs portes pour les sans-abris et des associations donnent de la nourriture pour avoir de quoi tenir pendant deux ou trois jours.”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *