Le nouveau Premier ministre Edouard Philippe au 20 h de TF1. — SIPAAu lendemain des débats à l’Assemblée nationale, et après avoir répondu aux questions des sénateurs sur les mesures prises face à la mobilisation des « gilets jaunes », ce jeudi, le Premier ministre, Edouard Philippe s’est exprimé au 20 heures de TF1. Si vous n’avez pas suivi l’intervention du locataire de Matignon, 20 Minutes fait le point sur ce qu’il faut retenir.

  • « Aucune cacophonie », la taxe carbone est bel et bien « annulée »

Le Premier ministre Edouard Philippe a d’abord assuré qu’il n’y avait « aucune cacophonie » au sein du gouvernement sur la hausse de la taxe sur les carburants, confirmant qu’elle était bien « annulée », et non suspendue comme annoncé en premier lieu. « Cette taxe n’est pas dans le budget 2019, elle est annulée », a déclaré le chef du gouvernement.

  • Véhicules blindés, policiers… Un dispositif de sécurité « exceptionnel »

Alors que l’Elysée craint des violences sans précédent, samedi, pour « l’acte 4 » des « gilets jaunes », le chef du gouvernement a annoncé que plus de 89.000 membres des forces de l’ordre seraient mobilisés en France, dont 8.000 à Paris. Une « douzaine de véhicules blindés » à roues de la gendarmerie (VBRG) seront déployés dans Paris, a-t-il ajouté, évoquant un dispositif « exceptionnel ». Environ 65.000 membres des forces de l’ordre, dont 5.000 à Paris, avaient été mobilisés samedi dernier lors des manifestations, marquées par des scènes de violence.

  • Le Premier ministre ouvert à un geste pour les bas salaires

Après l’avoir annoncé ce jeudi après-midi devant les sénateurs, Edouard Philippe s’est, une nouvelle fois, dit ouvert à des mesures supplémentaires en faveur des bas salaires. Le locataire de Matignon a évoqué la possibilité d’une « prime qui pourrait être défiscalisée », versée aux salariés par leur entreprise. « Cette proposition a été formulée par le président des Hauts-de-France, elle sera discutée », a-t-il ajouté.

  • Édouard Philippe assure travailler « avec la confiance du président »

Fragilisé politiquement depuis le début du mouvement des « gilets jaunes », Edouard Philippe a écarté l’hypothèse d’une démission, assurant qu’il travaillait avec « le soutien de la majorité » et « la confiance du président » Emmanuel Macron.

« Ma mission c’est d’atteindre les objectifs qui ont été fixés par le président de la République. Je le fais avec le soutien de la majorité (…) et avec la confiance du président. Et c’est ce qui m’importe », a déclaré le chef du gouvernement.

Politique

Edouard Philippe ouvert à des mesures en faveur des bas salaires

Société

«Les forces de l’ordre sont éprouvées, car elles sont mises à rude épreuve depuis un moment»

Société

Les autorités appellent les commerces des Champs-Elysées «à fermer» samedi

53 partages