VIDEO. Double explosion à Beyrouth : regardez comment l’onde de choc a été ressentie dans tout le Liban – Franceinfo

Spread the love
  • Yum

La déflagration a été dévastatrice, au centre de Beyrouth comme dans sa périphérie et à des kilomètres à la ronde. L’incendie, puis les explosions, survenus sur le port de la capitale libanaise mardi 4 août, ont ravagé la ville et ont été filmés par de nombreux habitants. En localisant ces vidéos, franceinfo a retracé cet accident majeur ressenti jusque dans les pays limitrophes du Liban.

>> Explosions à Beyrouth : suivez l’évolution de la situation en direct

Aux alentours de 18 heures ce soir-là, une première explosion et un épais panache de fumée émanant du port inquiètent les riverains. Ils sont alors nombreux à sortir leur téléphone pour filmer la scène. A moins de 700 mètres de là, deux habitants, presque voisins, captent la scène tour à tour. Ils observent les flammes s’intensifier derrière l’avenue Charles-Hélou, sans savoir que le feu menace un immense stock de nitrate d’ammonium entreposé sur le port. 

Soudain, la cargaison, estimée à 2 750 tonnes de cette substance dangereuse, explose dans un vacarme retentissant. A 500 mètres des hangars, un automobiliste qui filmait l’incendie n’a pas le temps de se mettre à l’abri et immortalise malgré lui la déflagration. L’explosion est filmée depuis une terrasse de restaurant et un balcon d’appartement, situés respectivement à 1,1 et 1,5 kilomètre de l’épicentre. A cette distance, l’onde de choc est bien visible et traverse les quartiers de la ville en semant le chaos sur son passage.

Alertés eux aussi par la colonne de fumée s’étirant depuis le port, des plaisanciers filment l’explosion depuis leur bateau, naviguant à plus de trois kilomètres du lieu du désastre. L’onde de choc met plus de 28 secondes pour frapper le village de Broumana, à 15 kilomètres à l’est de Beyrouth, comme le montre une vidéo du journaliste Timour Azhari.

Le cœur de Beyrouth est soufflé. Devant une pizzeria visiblement épargnée, un habitant capte la détresse qui s’est emparée des rues Gouraud et Arménie, situées à environ 600 mètres du port. Immeubles effondrés, voitures renversées, fenêtres brisées : dans un rayon de trois à quatre kilomètres, ce sont les mêmes dégâts que l’on déplore, comme à l’hôpital Rizk, où des soignants sont filmés au milieu des débris de verre et des plafonds gondolés. L’explosion, ressentie jusqu’en Syrie et à Chypre, à plus de 200 kilomètres de là, laisse un cratère béant au milieu de ce port fantomatique, où transite normalement la majorité des importations du pays.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *