PACIFISME – Des Gilets jaunes se sont mis à genoux devant les forces de l’ordre sur les Champs-Élysées ce samedi pour marquer une volonté de pacifisme, mais aussi en référence aux 151 jeunes interpellés jeudi à Mantes-la-Jolie, avant d’être dispersés.
Un front jaune à genoux, mains sur la tête. Sur les Champs-Elysées, dans la matinée, les Gilets jaunes se sont agenouillés devant la rangée de CRS qui les empêchaient d’avancer vers place de la Concorde, ce samedi 8 décembre. Un geste symbolisant aussi bien une volonté pacifique qu’une référence à la centaine d’étudiants arrêtés aux abords d’un lycée de Mantes-la-Jolie. 

Une même scène à travers la France

Les images, qui tournent en boucle depuis le début du week-end montrant une centaine de jeunes à genoux dans la terre et les mains sur la tête, ont choqué les internautes, plusieurs responsables politiques et provoqué la colère des parents et des syndicats. Alors, pour leur rendre hommage et pour répondre à certains appels au pacifisme sur Facebook, des Gilets jaunes  présents dans la capitale se sont accroupis. Avant d’être délogés par les forces de l’ordre. 
Ces scènes se sont produites dans toute la France.  Ainsi, dans la capitale et ses alentours, elles ont été observées sur le Boulevard Haussmann et le Boulevard des Italiens, mais aussi à Porte Maillot et dans la Sarthe. 
Ailleurs en France, les Marseillais se sont agenouillés devant la Préfecture tandis que les Ruthénois se mobilisaient devant la gendarmerie.