Quelque 150 kilos de viande issus d’animaux abattus frauduleusement en Pologne, sur les 795 kg écoulés en France, “ont été vendus aux consommateurs via notamment des boucheries”, a indiqué vendredi soir le ministère de l’Agriculture.

Les boucheries concernées ont mis en place des affichettes pour prévenir leurs clients, tandis que les services sanitaires cherchent encore environ 150 kg, le reste ayant été détruit, a précisé le ministère dans un communiqué.

>> Lire aussi. Viande avariée polonaise : cinq questions pour comprendre le nouveau scandale sanitaire

La grande distribution n’est “à ce stade” pas concernée.

Mais si 500 kg de viande polonaise avariée ont été détruits, les services sanitaires cherchent encore environ les 150 kg restants.

“Toute transparence”

Le parquet d’Ostroleka, au nord-est de la Pologne avait annoncé mercredi l’ouverture d’une enquête sur l’abattage et la commercialisation de bovins malades par un abattoir local, suite à un reportage télévisé d’un journaliste qui s’était fait embaucher dans ce site.

Selon l’Inspection vétérinaire polonaise, 2,7 tonnes de cette viande ont été vendus dans plusieurs pays membres de l’Union européenne. Le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume a indiqué vendredi matin que 795 kg avaient été achetées par “neuf entreprises” du secteur agroalimentaire en France.

“Je m’engage à informer en toute transparence de l’état d’avancement des investigations. La rapidité avec laquelle les investigations sont menées souligne l’efficacité de notre dispositif de traçabilité et de contrôle sanitaire en France”, a-t-il déclaré vendredi soir, cité dans un communiqué.