Vers un confinement assoupli : les pistes envisagées par Emmanuel Macron – Le Parisien

Spread the love
  • Yum

Où Emmanuel Macron placera-t-il la fameuse « ligne de crête »? C’est toute la question à laquelle répondra l’allocution qu’il prononcera à 20 heures ce mardi soir. Une adresse qui dira aux Français dans quelle mesure les contraintes du confinement peuvent être assouplies. Les ultimes arbitrages doivent être rendus dans la matinée, lors d’un nouveau conseil de défense.

La tendance est loin du retour « aux jours heureux » évoqué par le président lors du déconfinement du printemps. « Même si la situation épidémique laisse entrevoir une amélioration, la situation hospitalière ne permet pas d’envisager un déconfinement. D’où le terme allègement », confie un conseiller de l’exécutif. Autrement dit à Matignon : « On allège le confinement. Tant qu’il y a l’attestation de sortie, cela veut dire que la règle c’est de rester chez soi, que sortir est une dérogation quand bien même on élargit les motifs. »

Il reste que les commerces dits « non essentiels » se dirigent vers une réouverture (soumise à protocole sanitaire) « autour du 1er décembre », voire dès ce week-end. Tout comme les lieux de culte – dont les représentants ont échangé ce lundi en visioconférence avec le cabinet du ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin – avec là encore des protocoles sanitaires renforcés.

« Si on enclenche cela, est-ce que cela ne donnera pas l’image qu’on rouvre tout? » s’interroge un conseiller ministériel. Répondre à des questions revient à en ouvrir d’autres. Sera-t-il dès lors possible de se promener au-delà d’une heure et d’un kilomètre autour de son domicile? « Il y aura, a priori, toujours une limitation du kilomètre. Mais est-ce qu’elle sera un peu élargie? C’est en débat », souffle un conseiller de l’exécutif. Quid des cinémas, théâtres, musées? Qu’en sera-t-il des vacances de Noël? Quel horizon pour les bars et restaurants, qui ne pourront pas rouvrir rapidement?

Suite à un échange avec Jean Castex ce lundi matin, élus et professionnels du secteur les stations de ski entament, eux, la semaine avec une certitude : leur sort sera tranché « dans les dix prochains jours ». « Nous ne souhaitions pas qu’une décision soit prise cette semaine, on a demandé à ce qu’on attende pour se laisser le temps », explique Jeanine Dubié, présidente de l’Association nationale des élus de montagne.

En ce début de semaine, Jean Castex est une nouvelle fois apparu d’« une très grande prudence » à ses interlocuteurs. « Il faut y aller par entonnoir car, à chaque mesure, on a besoin de quinze jours de recul », juge un conseiller du gouvernement. D’où les deux autres phases, attendues avant les congés de fin d’année et début 2021.

Reste, dans pareil contexte, à donner « de la cohérence, de la clarté ». Emmanuel Macron l’a promis dans « Le Journal du dimanche », tandis que l’instauration de couvre-feux, puis du reconfinement ont été marqués par des polémiques, des débats (y compris internes) et des couacs. « Un cap » aussi, a dit le président, qui évoquera la question du vaccin. Des perspectives, en somme, à des Français durement éprouvés par plus de huit mois de crise.

Leave a Reply

%d bloggers like this: