Caracas plongée dans le noir du fait d’une panne d’électricité sans précédent, le 8 mars 2019. — Ronaldo SCHEMIDT / AFPLes deux dirigeants rivaux du Venezuela, Nicolas Maduro et Juan Guaido, appellent leurs partisans à défiler ce samedi, malgré le chaos provoqué par une panne d’électricité sans précédent, dont ils se rendent mutuellement responsables.

Journée de travail et cours suspendus, vols annulés, hôpitaux au ralenti, pillages, rues désertes : depuis jeudi 16h50 locales (21h50 à Paris), Caracas et la quasi-totalité des 23 Etats du Venezuela sont paralysés faute de courant.

Défilé contre le « régime usurpateur »

« J’appelle tout le peuple vénézuélien a s’exprimer massivement dans la rue contre le régime usurpateur, corrompu et incapable qui a plongé notre pays dans l’obscurité », a écrit sur Twitter Juan Guaido, l’opposant autoproclamé président par intérim et reconnu par une cinquantaine de pays.

En face, Nicolas Maduro a également mobilisé il y a quelques jours ses partisans pour défiler contre l’« impérialisme ». Le gouvernement, sous pression depuis des semaines, dénonce « la guerre impérialiste sur l’électricité ».

Le ministre de la Défense Vladimir Padrino a qualifié la panne d’« agression délibérée » des Etats-Unis et a annoncé un « déploiement » de l’armée sans plus de détails, lors d’une déclaration sur la télévision d’Etat VTV.

« Preuves » contre Washington

Nicolas Maduro a accusé Washington. « La guerre de l’électricité annoncée et dirigée par l’impérialisme américain contre notre peuple sera mise en échec. Rien ni personne ne pourra vaincre le peuple de Bolivar et de Chavez. Patriotes, unissez-vous ! », a-t-il écrit sur Twitter.

Le gouvernement vénézuélien a annoncé vendredi qu’il allait fournir à l’ONU « des preuves » d’une responsabilité de Washington dans la panne d’électricité géante. Ces informations seront remises à une délégation du Haut Commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme qui est attendue dans quelques jours à Caracas, a déclaré le ministre de la Communication, Jorge Rodriguez.

L’origine de la coupure n’est pas encore connue. Des experts accusent le gouvernement socialiste de ne pas avoir investi pour entretenir les infrastructures alors que la crise économique fait rage. La compagnie vénézuélienne d’électricité Corpoelec a dénoncé un « sabotage » de la centrale hydroélectrique vénézuélienne de Guri, la plus importante du pays et l’une des principales d’Amérique latine.

Monde

Venezuela: Maduro répond aux sanctions en expulsant l’ambassadeur d’Allemagne pour « ingérence »

Monde

Crise au Venezuela: Guaido accueilli en héros à son retour

Monde

Crise au Venezuela: Le manque d’eau et de nourriture affecte 80% des foyers

68 partages