Variants sud-africain et brésilien : Olivier Véran alerte sur la situation de la Moselle – La Voix du Nord

Spread the love
  • Yum

Olivier Véran a pris la parole ce jeudi pour faire un point de situation axé sur les variants. « Trois variants nous inquiètent particulièrement, rappelle le ministre. Ils sont plus contagieux que le Covid-19 classique. » Olivier Véran les classe en deux catégories.

> Le variant britannique : 25 % des cas

Le variant britannique est « plus contagieux mais les vaccins dont nous disposons semblent très efficaces », affirme Olivier Véran. Son taux dans la population augmente de 50 % toutes les semaines. Les scientifiques craignent que lorsque ce virus deviendra majoritaire, il provoque une vague épidémique. « Notre stratégie nous a permis de freiner sa diffusion et les prochaines semaines nous diront si ça a suffi, poursuit le ministre. Le variant britannique représentait 15 % des contaminations il y a une semaine, « il doit être à 20/25 % aujourd’hui ».

> Les variants sud-africain et brésilien : « 4 à 5 % » des cas

Ceux-ci peuvent provoquer des réinfections chez des patients Covid-19. « On l’explique par une capacité du virus à contourner les anticorps d’un malade : le virus muté arrive à contourner l’immunité, annonce le ministre de la Santé. Ces variants sont aussi moins sensibles aux vaccins disponibles. »

Sur la base de 17 000 tests positifs de ces derniers jours, Olivier Véran affirme que ces deux variants représentent aujourd’hui « 4 à 5 % » des contaminations à l’échelle du pays. Mais la situation diffère d’un territoire à un autre. Certains départements n’ont aucun cas alors que d’autres en identifient une dizaine de cas, « voire un peu plus », souvent dans des clusters identifiés. Olivier Véran évoque par exemple le cas de la Dordogne.

> Le cas particulier de la Moselle

La situation est différente en Moselle « où la situation est inquiétante », souligne le ministre de la Santé. Plus de 300 cas de mutations « évocatrices du variant brésilien ou sud-africain » ont été détectés et « ces cas ne correspondent pas tous à des clusters ». Olivier Véran assure que le maximum est fait pour remonter la chaîne de contamination. « La Moselle est l’un des départements avec le taux d’incidence le plus élevé. Nous n’avons pas d’explication à ce jour. » Olivier Véran se rendra vendredi en Moselle.

Le maire de Metz a réagi sur BFM TV peu après pour demander au gouvernement de prendre des mesures. « Même sur un plan économique et social, il vaut mieux des mesures fortes et courtes que ces mesures qui se prolongent dans le temps et qui sont sans effets », dit-il sur BFMTV.

Leave a Reply

%d bloggers like this: