Variant Delta : les vaccins de Pfizer et d’AstraZeneca restent-ils efficaces ? – franceinfo

Spread the love
  • Yum

Le variant Delta continue sa progression en France. Cette mutation du virus responsable du Covid-19, représente désormais “environ 20% des nouveaux diagnostics” et “devient progressivement dominant” dans l’Hexagone, a annoncé le ministre de la Santé, Olivier Véran, mardi 29 juin, sur franceinfo. Selon lui, ce variant “plus contagieux” que les autres, ne résiste pas à une parade : la vaccination. “Toutes les études montrent que, si vous êtes vacciné puis contaminé, vous ne faites pas de formes graves”, a-t-il assuré.

A ce stade, aucune donnée probante ne permet d’être aussi affirmatif pour les vaccins Moderna et Janssen. Les études disponibles sur l’efficacité des vaccins face au variant Delta portent seulement sur les doses produites par Pfizer et AstraZeneca, qui représente 89% des premières injections en France. Voici ce qu’il faut en retenir.

Le vaccin de Pfizer-BioNTech

Une très grande efficacité face aux formes graves. Après deux doses, le vaccin Comirnaty développé par l’alliance Pfizer-BioNTech s’avère efficace à 96% contre les risques d’hospitalisation liés au variant Delta, selon une étude à l’état de prépublication (en anglais) menée du 12 avril au 4 juin par les autorités sanitaires anglaises, mise en ligne le 14 juin. Après une seule dose, le taux d’efficacité estimé s’élève déjà à 94%, selon les auteurs de cette étude en cours de revue critique. Il s’agit de résultats plus encourageants que face au variant Alpha, identifié au Royaume-Uni (83% d’efficacité après une dose et 95% après deux doses).

Une efficacité forte mais moindre face aux formes plus légères. En mai, dans une autre étude “pre-print” (en anglais), cette même équipe de chercheurs avait fait état de données concernant, cette fois, la protection contre les formes symptomatiques en général. Les résultats du vaccin américano-allemand étaient un peu moins probants : Comirnaty était présenté comme efficace à 33% face au variant B.1.617.2 après une dose (contre 51% face au variant Alpha) et à 88% après deux doses (contre 93% face au variant Alpha). Selon une étude des autorités sanitaires écossaises, non relue par des pairs et publiée dans The Lancet (en anglais) du 26 juin, l’efficacité au moins deux semaines après la deuxième dose est estimée à 79% face au variant Delta (contre 92% face au variant “britannique”).

Des anticorps moins présents que face à d’autres variants. Fin mai, des travaux de l’Institut Pasteur (en anglais) ont suggéré une bonne efficacité des anticorps après deux doses, même si elle est moindre que face à d’autres variants. Dans une correspondance publiée début juin dans The Lancet (en anglais), des chercheurs britanniques ont rapporté des niveaux d’anticorps neutralisants près de six fois moins élevés en présence du variant Delta qu’en présence de la souche historique du virus, qui a servi à concevoir les vaccins. A titre de comparaison, ce niveau est 2,6 fois plus bas face au variant Alpha (identifié au Royaume-Uni) et 4,9 fois face au variant Beta, identifié en Afrique du Sud.

Le vaccin d’AstraZeneca

• Une forte efficacité face aux formes graves, surtout après deux doses. Une fois le cycle de deux injections terminé, le vaccin britannico-suédois confère une efficacité estimée à 92% contre les risques d’hospitalisation liés au variant Delta, selon l’étude (en anglais) prépubliée, le 14 juin, par les autorités sanitaires anglaises. S’agissant des personnes n’ayant reçu que leur première dose, la protection avancée est de 71%, selon cette même étude. A titre de comparaison, l’efficacité rapportée face au variant Alpha, identifié au Royaume-Uni, était de 76% après une dose et 86% après deux doses.

Une efficacité limitée face aux formes symptomatiques. Pour les cas ne nécessitant pas forcément d’aller à l’hôpital, l’efficacité du Vaxzevria face au variant Delta est de 33% après une dose (contre 51% face au variant Alpha) et de 60% après deux doses (contre 66% face au variant Alpha), selon une autre prépublication (en anglais) dévoilée par Public Health England le 24 mai. Une étude des autorités sanitaires écossaises, publiée dans The Lancet (en anglais) du 26 juin, fait aussi état d’une efficacité estimée à 60% au moins deux semaines après la deuxième dose. Quoi qu’il en soit, une seule dose de ce vaccin apparaît “peu ou pas du tout efficace” contre le variant Delta, souligne Olivier Schwartz, coauteur d’une étude intermédiaire de l’Institut Pasteur (en anglais) sur la réponse immunitaire après la première dose.

Leave a Reply

%d bloggers like this: