Variant britannique du Covid-19: Véran suspecte “une quinzaine de cas” en France – BFMTV

Spread the love
  • Yum

Le ministre de la Santé a expliqué que “des moyens logistiques et diagnostiques très importants” avaient été déployés face à ce variant qui “inquiète”.

Invité ce mardi matin sur les ondes de RTL, Olivier Véran a fait le point sur la situation sanitaire en France. Interrogé sur le nouveau variant britannique du coronavirus, dont le premier cas français a été repéré en France fin décembre le ministre de la Santé a souligné qu'”une quinzaine de cas suspectés ou avérés” avaient été enregistrés sur le territoire à ce jour.

“A ce stade, nous avons une quinzaine de cas suspectés ou avérés de variant anglais”, a-t-il déclaré, mettant en garde quant à sa transmissibilité vraisemblablement plus importante.

En outre, en cas de doutes, des quarantaines sont mises en place. “C’est heureusement pas beaucoup, je touche du bois”, ajoute-t-il.

Le vaccin moins efficace?

Toujours selon Olivier Véran, cette multiplication des cas inquiète les autorités sanitaires.

“C’est un variant qui nous inquiète et pour lequel nous déployons des moyens logistiques et diagnostiques très importants”, a-t-il poursuivi. “Nous regardons cela comme le lait sur le feu”, a-t-il insisté, en rappelant que “toutes les personnes qui rentrent en France en provenance d’Angleterre doivent avoir été testées.”

En ce qui concerne l’efficacité des vaccins face à cette mutation, le ministre a tenu à se montrer rassurant.

“C’est une question essentielle. A ce stade les scientifiques considèrent qu’il y a peu de risques que le vaccin soit moins efficace. Il y a des études menées et on a de bonnes raisons d’espérer qu’il garde son efficacité”, a-t-il assuré.

Reconfinement britannique

L’Angleterre et l’Ecosse ont annoncé lundi leur reconfinement total face à l’envolée de l’épidémie de Covid-19, attribuée au nouveau variant du virus qui circule au Royaume-Uni. L’Irlande du Nord et le Pays de Galles avaient déjà instauré leur troisième confinement juste après Noël.

“Il est clair que nous devons faire plus” pour “prendre le contrôle” de ce variant plus contagieux, a déclaré lundi le Premier ministre britannique, Boris Johnson.

Détecté en novembre au Royaume-Uni, le variant B.1.1.7, désormais appelé VOC 202012/01, s’est rapidement étendu dans tout le Royaume-Uni puis a été détecté dans des dizaines de pays du monde.

Selon les premières données, il est nettement plus contagieux que le virus classique. Même s’il ne semble pas être intrinsèquement plus dangereux, le fait qu’il soit plus transmissible augmente le risque de saturation des hôpitaux par des malades du Covid-19.

Leave a Reply

%d bloggers like this: