Valérie Pécresse veut organiser un référendum sur l’avenir du périphérique de Paris – Le Figaro

Spread the love
  • Yum

La présidente de la région Île-de-France et d’Ile-de-France Mobilités expose dans Le Parisien ses priorités dans les transports. Elle s’oppose notamment au projet de boulevard urbain de la maire de Paris Anne Hidalgo.

Périphérique parisien, transports en commun, Véligo location… Dans un entretien accordé au Parisien , Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France et d’Île-de-France Mobilités, réélue en juin, détaille les dossiers liés aux transports qui seront sa priorité durant son deuxième mandat.

Un des principaux sujets sera la question du périphérique parisien. En effet, en février 2020, Anne Hidalgo a annoncé son projet d’une baisse de la vitesse sur le périphérique parisien et de transformation de celui-ci en boulevard urbain, avec feux rouges et passages piétons. Une reconfiguration à laquelle s’oppose farouchement la présidente de la région. «Le covoiturage ou les arrêts de bus sur le périphérique, cela ne peut pas fonctionner. C’est un vœu pieux », met-elle en avant.

VOIR AUSSI – Sécurité, Transport, Écologie: Valérie Pécresse dévoile son programme pour les régionales en Île-de-France

Valérie Pécresse souhaite organiser un référendum régional pour trancher sur le devenir du périphérique. «Il faut donner la parole aux Franciliens sur leurs conditions de vie et leur stress et leurs attentes. Le périph n’appartient pas qu’aux Parisiens. Ce sera un référendum auquel pourront participer tous les Franciliens.» «Nous en reparlerons dans les semaines qui viennent pour préciser le cadre et le mode de fonctionnement» de cette consultation, ajoute-t-elle.

Selon une étude réalisée par la Ville de Paris, les Franciliens rejettent massivement ce projet de transformation. Selon 76% des automobilistes interrogés, bien que souvent saturé, ce boulevard reste largement plébiscité parce qu’il est «plus direct et plus simple». Une étude questionnée par Valérie Pécresse : «La mairie de Paris a fait une étude auprès de ceux qui rentrent ou sortent de Paris, soit seulement 60% des usagers. Or, sur le 1,2 million de véhicules qui l’utilisent tous les jours, 40% vont de banlieue à banlieue.»

VOIR AUSSI – Autocars, périphérique: souhaitez-vous un Paris sans véhicules ?

Le «bouclier tarifaire» prévu pour fin 2022

En ce qui concerne les transports en commun en Île-de-France, la présidente de la région reconnaît qu’il y a eu de vraies perturbations tout l’été sur le RER B. En cause, l’accident survenu à Massy le 25 juillet mais aussi de nombreux travaux réalisés pour augmenter le nombre de trains sur la partie sud à Gentilly, Bagneux, Palaiseau. Pour compenser ce désagrément estival, Valérie Pécresse annonce qu’une indemnisation sera étudiée : «Nous nous orientons d’ores et déjà vers une indemnisation au premier trimestre 2022, après avoir fait le bilan de l’année 2021 de la régularité branche par branche.»

Concernant les travaux du CDG Express, Valérie Pécresse a déclaré avoir écrit au premier ministre Jean Castex afin de repousser sa mise en service de deux ans, de 2025 à 2027, afin de «garantir un fonctionnement satisfaisant du RER B», ce «qu’aujourd’hui l’État n’est pas en capacité de garantir» selon elle. Les travaux de rénovation du RER B au nord de Paris sont en effet liés au chantier du CDG Express, une liaison rapide entre la capitale et l’aéroport de Roissy menacée par une procédure judiciaire.

Valérie Pécresse a par ailleurs précisé la mise en place de son «bouclier tarifaire» dans les transports en commun franciliens, une promesse de campagne : après une étape transitoire début 2022, «le tarif à 4 euros maximum pourra s’appliquer à tous les trajets avec la correspondance tram et bus incluse» fin 2022, a-t-elle annoncé. Le forfait Liberté +, un passe qui permet la tarification à la consommation réelle, sera alors déployé au réseau de trains de grande couronne.

VOIR AUSSI – 2022: Valérie Pécresse annonce sa candidature à l’élection présidentielle

En ce qui concerne la question de la sécurité dans les transports, la présidente d’Île-de-France Mobilités met en avant que 1000 agents de sécurité de plus seront déployés dans les transports pendant le mandat qui débute mais réclame tout de même à l’État le retour des 300 postes de policiers supprimés depuis 2015.

Enfin, pour continuer à encourager l’utilisation des vélos par les Franciliens, le service de location de vélo électrique longue durée, Véligo location, va accélérer. «Nous allons doubler le nombre de vélos en service et les ouvrir à de nouveaux usages. Notamment, le vélo de fonction, pour les collectivités, les entreprises, et d’autres publics, comme les lycéens et peut-être les livreurs », précise Valérie Pécresse. Quant à l’aide à l’achat d’un vélo électrique, elle est prolongée jusqu’à la fin de l’année au moins.

Leave a Reply

%d bloggers like this: