Val-de-Marne : ce que l’on sait de l’attaque du commissariat de Champigny-sur-Marne – Le Parisien

Spread the love
  • Yum

Le commissariat de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), a été attaqué par une quarantaine de personnes à coups de barre de fer et de jets de projectiles, samedi soir peu avant minuit. Le point sur ce que l’on sait.

Barres de fer et tentative d’intrusion

Selon une source, deux policiers étaient en train de fumer une cigarette à l’extérieur du commissariat, situé place Rodin, au cœur de la cité sensible du Bois l’Abbé, lorsque une quarantaine d’individus sont arrivés, armés de barres de fer. Les deux policiers ont eu le temps de s’enfermer dans le sas d’entrée du commissariat.

Le groupe a tenté à son tour de rentrer dans le commissariat en frappant à coups de barre de fer dans la porte vitrée du sas. Sans succès.

Des dégâts importants

Deux poubelles ont été incendiées et des tirs de mortiers d’artifice ont été observés, comme le montrent plusieurs vidéos postées sur les réseaux sociaux. Huit mortiers ont été découverts après les faits, selon une source policière.

VIDÉO. Champigny-sur-Marne : le commissariat attaqué par 40 individus armés de mortiers

Au total, cinq véhicules du commissariat de police ont été dégradés. Les portes vitrées du sas d’entrée et trois vitres du commissariat ont été brisées, toujours de source policière. Le secteur est redevenu calme à 1 heure du matin, selon une source policière.

Un des véhicules vandalisés. /UNitéSGP Police
Un des véhicules vandalisés. /UNitéSGP Police  

Pas d’interpellations pour l’instant

Les incidents n’ont fait aucun blessé et aucune interpellation n’a eu lieu jusque-là, a indiqué le parquet de Créteil en milieu de journée, précisant que les bandes de vidéosurveillance étaient « en cours d’exploitation ».

Le commissariat de Champigny, avec la sûreté départementale en appui est chargé de l’enquête. Selon le maire DVD de la ville Laurent Jeanne, l’origine de ces tensions, dans un quartier de 10 000 habitants en proie au trafic de drogue, n’était pas claire: « On est sur un quartier de reconquête républicaine, est-ce que ça dérange? Possible ». La tension a également pu naître, selon lui, après un récent accident de scooter dans le quartier dont « la responsabilité a été imputée à la police nationale alors que ce n’est pas avéré ».

Un commissariat déjà ciblé

Ce commissariat est régulièrement ciblé. Des tirs de mortiers ont ainsi eu lieu en avril dernier. En 2018, une trentaine de personnes avaient aussi lancé des projectiles.

« Les petits caïds n’impressionnent personne et ne décourageront pas notre travail de lutte contre les stupéfiants », a dénoncé le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin sur Twitter. « Soutien total à nos policiers qui font un travail difficile », a ajouté le ministre. Le préfet de police de Paris Didier Lallement a également fustigé « des actes intolérables » sur le réseau social.

« Il est grand temps que le gouvernement se saisisse des violences commises contre les forces de l’ordre […]. Plus personne ne respecte les forces de l’ordre et le gouvernement n’a pas réussi malheureusement à inverser cette tendance », a réagi Frédéric Lagache, délégué général du syndicat Alliance. « Que faudra-t-il pour que le gouvernement s’engage à protéger ses forces de l’ordre », a-t-il ajouté.

« M. le Ministre nous avons dépassé l’ensauvagement ! », s’est pour sa part ému le syndicat Unité SGP Police. « Où va-t-on s’arrêter ? », s’est indigné le syndicat Alternative Police.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *