Vaccins contre le Covid-19 : quatre questions sur le “collectif de citoyens” chargé d’accompagner la stratégie – franceinfo

Spread the love
  • Yum

C’est parti ! Le tirage au sort des 35 membres du futur “collectif de citoyens” chargé de se prononcer sur la stratégie vaccinale française contre le coronavirus est lancé lundi 4 janvier, a annoncé le Conseil économique, social et environnemental (Cese) au Journal du dimanche du 3 janvier. Le Cese a ensuite précisé que ce tirage au sort commencerait lundi en fin de journée. 

>> Suivez les dernières infos sur la pandémie de Covid-19 dans notre direct

Mais à quoi va servir ce comité ? Comment ses membres seront-ils choisis ? Eléments de réponse, alors que le démarrage poussif de la vaccination en France fait l’objet d’un tir nourri de critiques.

1De quoi s’agit-il ?

Ce “collectif de citoyens doit accompagner de ses réflexions la campagne de vaccination contre le Covid-19. Il sera composé d’une trentaine de citoyens représentatifs et tirés au sort. L’idée est de mieux convaincre la population française, majoritairement rétive au vaccin et dont la méfiance s’amplifie ces dernières semaines, comme le précise un récent sondage.

Le président du Conseil scientifique sur le Covid-19, Jean-François Delfraissy, défend depuis le début ce type de dispositif. Il faut que les gens comprennent pourquoi certaines décisions sont prises, de façon à rétablir la confiance : confiance entre le citoyen et les décideurs, et confiance entre le citoyen et les scientifiques”, a-t-il expliqué au Monde (article abonnés) fin novembre.

C’est un “dispositif utile”, a renchéri samedi 19 décembre sur franceinfo le professeur Emmanuel Rusch, qui préside la Conférence nationale de santé, un organisme consultatif placé auprès du ministère de la Santé. Il a regretté néanmoins que ce type de dispositif n’ait pas été mis en place “il y a plusieurs semaines, voire plusieurs mois”.

“Mobiliser un collectif de citoyens est une façon complémentaire de renforcer la démocratie en santé et les regards croisés sur la vaccination.”

Emmanuel Rusch, président de la Conférence nationale de santé

à franceinfo

2Comment les participants sont-ils choisis ?

Les 35 membres (30 titulaires et 5 suppléants) sont tirés au sort à partir du 4 janvier. Le panel formé respectera des critères d’âge, de genre, de région de résidence, de niveau de diplôme, de catégorie socioprofessionnelle et de type de domicile. Pour assurer une bonne représentativité des positions des personnes tirées au sort, celles-ci devront avoir répondu de manière variée à la question suivante, sur une échelle de 1 à 5 : “Avez-vous l’intention de vous faire vacciner dans l’année 2021 contre le Covid-19 ?”

Selon le Cese, qui accueillera les travaux du collectif, “cette expression de leur position permettra de ­constituer a posteriori les équilibres au sein du collectif de citoyens, afin d’avoir des avis et des recommandations reflétant les positions en présence au sein de la société française”.

3Quelles sont ses missions ?

Les travaux du collectif citoyen devront “nourrir le pouvoir exécutif et législatif” dans la conduite de la campagne de vaccination “et ajuster les réponses qui doivent être apportées aux Français”, a précisé le Cese en décembre. “Ses membres seront invités à émettre les questionnements du collectif relatifs à la vaccination (…). Pourront également être exprimées les craintes, résistances ou questions liées aux enjeux de la campagne de vaccination”, complète le communiqué de l’institution.

La première réunion de ce groupe de travail aura lieu le 16 janvier, en vue d’un bilan attendu cet été. Mais attention : ce collectif citoyen n’est pas décisionnaire. Sa mission n’est pas de “définir la stratégie vaccinale”, mais de proposer des mesures d’accompagnement en vue de favoriser de manière objective l’acceptabilité du vaccin”, ont indiqué les services du Premier ministre au Monde (article abonnés).

Les travaux du collectif citoyen seront encadrés par une commission temporaire mise en place au sein du Cese pour piloter le dispositif et organiser la consultation de toutes les parties prenantes. Une plateforme numérique de consultation sera également créée pour permettre à tous ceux qui le souhaitent de s’exprimer.

4Y a-t-il un précédent ?

Oui, il y en a même plusieurs. Ainsi, en juin, les 150 citoyens de la Convention citoyenne pour le climat avaient adopté une série de propositions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, mais plusieurs de ces mesures avaient ensuite été rejetées par l’exécutif, contrairement aux engagements pris.

Dans le domaine spécifique de la santé, Marisol Touraine, alors ministre de la Santé, avait fait appel en 2016 à Alain Fischer, l’actuel “Monsieur vaccin”, pour présider le comité d’orientation d’une grande concertation citoyenne sur la vaccination, destinée à répondre à la “défiance” croissante d’une partie de la population. Les propositions de son rapport avaient notamment conduit le gouvernement à rendre obligatoires huit vaccins supplémentaires chez les jeunes enfants. “Des critiques avaient alors été formulées sur la non-prise en compte des avis du comité des citoyens”, selon Le Monde (article abonnés), mais Alain Fischer, lui, estime qu’un “consensus” s’était alors dégagé.

Leave a Reply

%d bloggers like this: