Vaccination contre le Covid-19: Gabriel Attal affirme que “l’accélération est déjà engagée” – BFMTV

Spread the love
  • Yum

Alors que la campagne de vaccination contre le Covid-19 accusent des retards en France, les autorités décident d’accélérer le tempo. Le porte-parole du gouvernement s’engage à éviter les “délais inutiles”.

La lenteur du processus de vaccination en France fait l’objet de vives critiques alors que le pays enregistre ce samedi une nouvelle hausse des hospitalisations liées au Covid-19. Lors de ses voeux adressés jeudi soir aux Français, Emmanuel Macron s’est cependant voulu rassurant en exprimant son “espoir” pour 2021 avec le vaccin. S’il a reconnu que la campagne de vaccination avait démarré au compte-gouttes, il a promis qu’il ne laisserait pas une “lenteur injustifiée s’installer”.

Une position réaffirmée ce samedi soir par le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal. Dans les colonnes du Parisien, ce dernier a “assumé” le “choix de protéger d’abord les populations les plus à risque, pour lesquelles il y a davantage de logistique et de précautions à prendre, conduisant à un démarrage forcément progressif” de la campagne.

“Mais, comme l’a dit le président de la République, cela ne peut pas justifier des délais inutiles. L’accélération demandée par le président est déjà engagée: nous renforçons les moyens pour faire arriver les vaccins aux Ehpad”, détaille-t-il dans cette interview.

Un premier bilan avant février

La vaccination va débuter dans une centaine d’établissements pilotes choisis par chaque région, puis elle sera élargie à l’ensemble des Ehpad à partir de la mi-janvier. Dès ce week-end, les médecins de plus 50 ans travaillant dans ces établissements pilotes pourront eux aussi se faire vacciner s’ils le souhaitent, “ce qui était prévu initialement pour février”, souligne Gabriel Attal.

“De toute façon on va être bloqués par le nombre de vaccins. Là, la France en a touché 60.000, on va en toucher 500.000 par semaine, donc on a le temps, ça va pouvoir se faire rapidement”, commente ce samedi sur BFMTV, Jean-Paul Hamon, président d’honneur de la Fédération des médecins de France.

Face aux critiques, le porte-parole du gouvernement appelle à ne pas tirer de conclusions hâtives concernant la stratégies choisie. “On ne juge pas le succès d’une campagne vaccinale de six mois au bout de sept jours. A la fin de la phase 1, nous aurons été en mesure de proposer un vaccin aux publics prioritaires et, d’ici février, nous tirerons un premier bilan”, explique-t-il au Parisien, s’engageant à “une publication transparente, en continu” sur cette campagne.

Ambre Lepoivre Journaliste BFMTV

Leave a Reply

%d bloggers like this: