Vaccination contre le Covid-19 : Doctolib observe une «accélération» des prises de rendez-vous – Le Parisien

Spread the love
  • Yum

C’est une explosion du nombre de rendez-vous. Le nombre de réservations prises dans les centres de vaccination anti-Covid connaît « une accélération ces derniers jours », a affirmé ce mardi Doctolib, qui s’apprête à ouvrir les réservations chez les médecins libéraux à partir de la semaine prochaine. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 249 000 rendez-vous la première semaine de février, 472 000 la deuxième, puis 154 000 pour la seule journée du lundi 15 février, a précisé le président de Doctolib, Stanislas Niox-Chateau, lors d’une conférence de presse.

Un mois après l’ouverture des premiers créneaux, la plateforme totalise 3,3 millions de rendez-vous pour des injections de vaccins Pfizer, Moderna et AstraZeneca, soit plus de 1,6 million de personnes qui ont reçu ou vont recevoir deux doses. Des chiffres qui incluent une part importante des 2,3 millions de Français déjà vaccinés (dont 720 000 ont reçu les deux doses).

Une demande supérieure à l’offre

Toutefois, la demande reste encore largement supérieure à l’offre, limitée par les livraisons des laboratoires. « La population éligible est actuellement de 8 à 9 millions de personnes, donc dans les prochaines semaines il y aura toujours moins de doses que de gens qui voudront se faire vacciner », a prévenu le patron de Doctolib. Le démarrage de la vaccination dans les cabinets des médecins libéraux, à compter du 25 février, va ouvrir de nouvelles possibilités.

LIRE AUSSI > « C’est inadmissible d’avoir un vaccin peut-être moins efficace » : ces soignants qui ne veulent pas d’AstraZeneca

D’abord pour les patients de 50 à 64 ans « atteints de comorbidités » qui pourront en bénéficier. Mais aussi pour Doctolib, qui va mettre son logiciel de prise de rendez-vous développé pour les centres de vaccination à disposition de ses 18 000 médecins généralistes déjà abonnés, sans frais supplémentaires, espérant sans doute attirer de nouveaux clients.

Les praticiens « pourront choisir d’ouvrir la prise de rendez-vous en ligne, ou pas » mais, compte tenu des faibles quantités attendues (un flacon de 10 doses par médecin la semaine prochaine, deux ou trois la semaine suivante), « ils contacteront directement leurs patients prioritaires dans un premier temps », a prédit Stanislas Niox-Chateau. Facilement adaptable à d’autres professions de santé, l’outil « sera disponible pour les pharmaciens, quand ils seront autorisés à vacciner », a-t-il ajouté.

Leave a Reply

%d bloggers like this: