Vaccin, déconfinement : Macron prépare l’après – Le Monde

Spread the love
  • Yum
Emmanuel Macron après une réunion  avec des représentants du personnel soignant au centre hospitalier René Dubos à Pontoise, le 23 octobre.

Surtout, ne pas rater la marche. Après le fiasco du manque de masques lors de la première vague du Covid-19, puis les difficultés à appliquer une stratégie de tests efficace afin d’éviter la deuxième, l’exécutif se trouve au pied d’un nouvel Everest : lancer une grande campagne de vaccination et, en même temps, impulser un nouveau déconfinement du pays. Le tout en évitant la survenue d’une troisième vague.

Alors que plusieurs laboratoires pharmaceutiques évoquent l’arrivée imminente sur le marché d’un vaccin et que l’épidémie apparaît de nouveau sous « contrôle », selon le ministre de la santé, Olivier Véran, Emmanuel Macron veut profiter de cette brèche pour dessiner une lueur d’espoir dans le jour sans fin de la crise sanitaire.

Lire les dernières informations : Covid-19 : même si la pression reste forte sur l’hôpital, les courbes d’hospitalisations se stabilisent en France

Le président de la République doit s’exprimer la semaine prochaine, en amont du 1er décembre, date butoir du confinement, afin d’évoquer les étapes des prochains mois. « Un travail est en cours sur l’évolution des règles dans les semaines et mois à venir avec un objectif : nous doter d’une organisation et d’un cadre permettant aux Français de vivre le plus normalement possible, tout en gardant l’épidémie sous contrôle », explique le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal.

Ce dernier a déjà évoqué, mardi 17 novembre, la possibilité de débuter la campagne de vaccination « à partir du mois de janvier ». L’exécutif « se met dans les starting-blocks pour être prêt à distribuer un vaccin contre le Covid-19 », a assuré M. Attal sur France 2, en précisant que la France a budgété pour cela 1,5 milliard d’euros pour 2021.

30 millions de doses précommandées

Le ministre de la santé, de son côté, a confirmé l’ambition de « commencer la vaccination au début de l’année 2021 » « si le vaccin est efficace et sûr », a-t-il précisé – et évoqué une précommande de 30 millions de doses auprès du laboratoire américain Pfizer dans le cadre d’une coordination avec les Etats membres de l’Union européenne. L’Agence européenne du médicament doit valider un premier vaccin d’ici à la fin de l’année.

Vendredi 13 novembre, M. Macron a réuni à l’Elysée plusieurs membres du gouvernement – dont Olivier Véran, la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher, et le secrétaire d’Etat aux affaires européennes, Clément Beaune – pour définir la stratégie et l’organisation de cette future campagne de vaccination. Le directeur général de la santé, Jérôme Salomon, et des membres du conseil scientifique assistaient également à cette réunion. Une « task force interministérielle », selon un proche de M. Macron, est appelée à piloter cette campagne dans les prochaines semaines en collaboration avec le ministère de la santé.

Il vous reste 54.87% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply

%d bloggers like this: