Vacances et Covid : tests PCR, quarantaine, pass sanitaire… Tout ce qu’il faut savoir avant de planifier vot – LaDepeche.fr

Spread the love
  • Yum

l’essentiel À l’aube de la saison estivale, nombreux sont les Français qui s’organisent déjà pour les prochaines vacances . Reste qu’en cette période de crise sanitaire, une large majorité de déplacements sont encadrés par des mesures de restriction strictes. La Dépêche du Midi fait le point sur les questions que vous vous posez sûrement avant vos vacances d’été.

Dans quels pays peut-on voyager dans l’UE et sous quelles conditions ?

Depuis le 3 mai dernier, il est possible pour les ressortissants français de voyager à l’étranger… sous certaines conditions, mais sans forcément être vacciné. En Europe, seuls deux pays n’imposent absolument aucune restriction pour passer leurs frontières : il s’agit de l’Albanie et de la Macédoine. Les pays sont plus nombreux à exiger au moins un test PCR négatif : on compte l’Espagne, le Portugal, l’Italie, la Croatie, la Grèce ou encore la Suède. Ajoutez à cette liste la principauté d’Andorre qui exige un test PCR négatif sauf pour les habitants des Pyrénées-Orientales et de l’Ariège, pour un déplacement de moins de 24 heures.

A lire aussi : Vacances à l’étranger : Espagne, Grèce, Tunisie… à quoi faut-il s’attendre pour les destinations préférées des Français ?

Pour les touristes français, il faudra également composer avec les pays qui exigent une quarantaine : c’est le cas du Royaume-Uni, de l’Irlande, de l’Allemagne, de la Belgique et des Pays-Bas (sauf voyages de transit). Enfin, en Europe, cinq pays ont totalement fermé leurs frontières au tourisme : la Norvège, la Finlande, la Lettonie, la République Tchèque et la Hongrie.

Pour les touristes qui souhaitent se rendre dans les DOM-TOM, “le test PCR dans les 72h avant embarquement est une obligation”, informe le ministère des Affaires Étrangères. Il vous faudra également justifier d’un motif impérieux en Guadeloupe, en Martinique, à Saint-Pierre-et-Miquelon, à Saint Barthélémy et à Saint-Martin.

Où peut-on voyager hors UE et sous quelles conditions ?

Les voyages à l’extérieur de l’Union Européenne s’annoncent bien plus compliqués. Au moins jusqu’au 9 juin prochain, un motif impérieux reste obligatoire pour accéder à des vols directs vers les pays extérieurs à l’espace européen. Plusieurs pays font figure d’exception : l’Australie, la Corée du Sud, Israël, le Japon, la Nouvelle-Zélande, ou encore Singapour. “Pour les déplacements vers et depuis ces pays […] la présentation d’un test PCR négatif de moins de 72 heures avant le départ, notamment, reste bien entendu nécessaire”, indique le ministère des Affaires Étrangères.

A lire aussi : Où partir en vacances cet été depuis Toulouse ? Cap sur l’Europe et l’Afrique du Nord

Si de plus en plus de pays n’imposent plus de motif impérieux pour passer leurs frontières, le ministère invite les voyageurs à s’informer sur son site internet de nouvelles actualisations.

Puis-je me faire rembourser un test réalisé à l’étranger ?

Si vous êtes amené à devoir réaliser un test PCR à l’étranger, il vous faudra faire l’avance des frais. Pour les tests réalisés dans un pays de l’Union Européenne, vous pourrez être remboursé de 50 euros maximum lors de votre retour en France. Il vous faudra pour cela vous adresser à l’Assurance maladie en présentant votre carte européenne d’assurance maladie ou en remplissant un formulaire de “soins à l’étranger”.

A lire aussi : Tourisme et Covid-19 : le prix des tests va faire décoller les tarifs aériens

Quelles seront les restrictions en vigueur pour celles et ceux qui vont rester en France ?

En France, le secteur du tourisme se prépare à une saison très franco-française : beaucoup de touristes vont limiter leurs déplacements aux frontières de l’Hexagone. En plein déconfinement, le pays est en train de lever progressivement les mesures de restriction sur son sol. La prochaine étape aura lieu le 9 juin prochain : les cafés et les restaurants pourront rouvrir intégralement, tout en maintenant des tables de six personnes au maximum. Quant au couvre-feu, il sera élargi à 23 heures.

A lire aussi : Le Parlement adopte définitivement la sortie progressive de l’état d’urgence et le “pass sanitaire”

La dernière phase du déconfinement aura lieu le 30 juin. À cette date, les gestes barrières resteront d’actualité, mais le couvre-feu sera aboli. Toutes les activités seront de nouveau autorisées, celles regroupant le plus grand nombre nécessitant toujours un pass sanitaire. Seules les discothèques resteront toujours fermées. Pour vos déplacements au sein du pays, sachez qu’aucun test n’est requis pour vous rendre en avion ou en train d’une région à une autre.

A lire aussi : Tourisme : vers un été bleu-blanc-rouge

Peut-on se faire rembourser si l’on tombe malade du Covid-19 ?

Si vous avez fait l’objet d’un “voyage à forfait”, réservé dans une agence, celle-ci doit prendre en charge votre rapatriement en France si vous êtes contaminé. Dans le cas où votre vol a été annulé en raison de la pandémie de Covid-19, l’agence se doit aussi de faire les démarches nécessaires pour votre retour dans l’Hexagone. Certaines agences de voyages proposent aujourd’hui une assurance complémentaire Covid-19 qui permet de couvrir la plupart des imprévus liés à la pandémie.

Sur la question des logements : si vous êtes passé par une plateforme de réservation en ligne (type Booking, Expedia, ou Airbnb), les propriétaires ne sont pas tenus de vous rembourser quoi que ce soit.

Pour toute autre réservation, il s’agira pour vous de vous référer aux conditions de remboursement exigées par les structures par lesquelles vous réservez vos vacances. Le Centre européen des consommateurs peut également vous aider à connaître vos droits.

Que va changer le pass sanitaire ?

En France, le pass sanitaire qui sera déployé le 9 juin prochain, vous permettra simplement d’assister à des événements (foires, salons, concerts, spectacles, rencontres sportives) de plus de mille personnes, sous présentation d’un test négatif, d’un certificat de vaccination ou de rétablissement. Celui-ci ne vous permettra en aucun cas de voyager d’un pays à un autre.

A lire aussi : Pass sanitaire : mode d’emploi, version papier, données personnelles… 5 questions pratiques pour tout comprendre

Reste qu’en Europe, à compter du 1er juillet prochain, un certificat numérique européen Covid va être déployé. S’il n’est pas obligatoire, il s’agit là d’un document numérique ou papier qui vise à faciliter les déplacements entre les différents pays de l’Union Européenne. Celui-ci fonctionne comme le pass sanitaire français : les personnes vaccinées, rétablies du Covid-19 ou les personnes présentant un test négatif (PCR ou test rapide) pourront donc retrouver la liberté de circulation au sein de l’espace Schengen. Comme la Grèce ce vendredi, chaque pays va devoir présenter une plateforme interactive pour permettre à chaque ressortissant européen qui souhaite se rendre sur place d’obtenir son certificat.

Sera-t-il possible de se faire vacciner contre le Covid-19 sur son lieu de vacances ? 

En pratique, tout dépend de votre lieu de vacances : si vous restez en France il vous sera possible de prendre rendez-vous pour vous faire vacciner sur votre lieu de villégiature. Ce vendredi, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal a annoncé la présentation prochaine d’un “plan spécifique pour l’été avec des précisions” sur la façon dont va s’organiser la campagne de vaccination cet été. Il s’agirait entre autres de doter les régions les plus touristiques du pays de doses suffisantes pour vacciner les touristes. Le porte-parole prévient cependant : “Quand vous prenez rendez-vous pour une première dose de vaccin dans un centre, le deuxième rendez-vous doit être pris dans ce centre”. 

A lire aussi : Reprise du tourisme : un vaste plan d’action régional en Occitanie

Hors des frontières du pays cependant, cela reste complexe de se faire vacciner pour les ressortissants français. Certains pays souhaitent profiter de la saison estivale pour développer un “tourisme vaccinal” : c’est le cas entre autres de la ville de New York, où le maire, Bill de Blasio, souhaite installer des centres de vaccination près des zones les plus touristiques. Dans ce cas de figure, si vous recevez une première dose hors des frontières françaises, vous pourrez faire l’objet d’une seconde injection en France “sans forcément présenter de certificat”, affirme le ministère de la Santé auprès de FranceInfo. Attention toutefois de préciser le type de vaccin que l’on vous a administré. 

Leave a Reply

%d bloggers like this: