Le Financial Times rapporte que Google tente de convaincre l’administration Trump qu’il est dans l’intérêt de la sécurité nationale américaine d’autoriser Huawei à utiliser Android et les services de Google sur ses smartphones.
Comme vous le savez probablement déjà, il y a quelques semaines, les entreprises américaines se sont vu interdire toute relation d’affaires avec Huawei, faisant de la firme chinoise le dommage collatéral malheureux de la guerre commerciale que Trump mène contre la Chine. Alphabet, et donc Google, ne font pas exception à la règle, même si l’entreprise a obtenu une licence temporaire lui permettant de continuer à mettre à jour les logiciels des téléphones existants jusqu’au 19 août.

Au-delà du court terme, si les choses continuent sur ce cours, les prochains smartphones Huawei ne seront pas en mesure de recevoir les futures mises à jour Android, et perdront l’accès aux applications et services Google, rendant l’avenir très incertain. Mais, selon un nouveau rapport, Google semble se battre contre cela.

Selon une source du Financial Times, Google fait valoir au gouvernement américain que si Huawei devait se séparer d’Android, la version hybride qui en résulterait pourrait être “plus susceptible d’être piratée, notamment par la Chine“.

Même si les téléphones Huawei sont interdits aux États-Unis, si cette version détournée d’Android était vendue ailleurs, cela pourrait quand même créer des vulnérabilités pour la sécurité américaine, puisque les entreprises ou individus américains pourraient envoyer des informations à ces appareils potentiellement peu sûrs.
AndroidPIT huawei p30 pro back3 C’est une honte pour les fans américains que les appareils Huawei soient interdits. © AndroidPIT
Sans les services de Google, les téléphones seraient moins sécurisés parce qu’ils n’auraient pas, par exemple, Google Play Protect, qui recherche automatiquement les logiciels malveillants et autres menaces, et parce que la plupart des gens obtiennent leurs applications du Play Store, où la sécurité des applications est vérifiée plus que sur les autres boutiques Android que vous pouvez trouver. De plus, même avec un chiffrement de bout en bout, un téléphone infecté par un logiciel malveillant peut toujours voir les informations qui passent par l’appareil.

Selon Bloomberg, Huawei attend de voir comment les discussions de Google évolueront. Si Google parvient à convaincre l’administration Trump qu’il est dans l’intérêt de la sécurité nationale américaine d’empêcher Huawei de créer rapidement son propre OS (ou d’en construire un à partir d’une version d’Android sans les services de Google), nous pourrions voir une fin rapide à cette situation problématique.

Pensez-vous que Google réussira à faire valoir ses arguments ?