Une stratégie de plateforme aidera-t-elle Microsoft Teams à gagner sur le long terme ?

Spread the love
  • Yum

Une stratégie de plateforme aidera-t-elle Microsoft Teams à gagner sur le long terme ?

Au début de l’été, Microsoft a continué à faire des annonces destinées à rendre Microsoft Teams plus utilisables par des développeurs tiers. Ces extensions rendent Teams plus personnalisable, contextuels et intégré à d’autres outils numériques, et donc plus efficace et plus pratique pour l’utilisateur.

Microsoft est très actif côté Teams, l’améliore rapidement et y ajoute des fonctionnalités. Surtout, Microsoft profite de l’évolution mondiale vers le travail à distance pour se positionner. Bien que cette décision ne soit pas nouvelle, comme Microsoft a livré la première plateforme de développement Team en 2018, elle a maintenant atteint un niveau de maturité qui commence à rencontrer une large audience auprès de développeurs tiers.

La décision de faire de Teams une plateforme complète à part entière pourrait laisser perplexe certains observateurs de l’industrie qui ont suivi depuis des lustres l’histoire douteuse de la transformation des outils de collaboration en plateformes logicielles.

En fait, les utilisateurs de la plupart des outils de collaboration dans les entreprises les considèrent souvent comme des solutions ponctuelles. Le fait d’avoir à gérer des intégrations tierces ne fait qu’ajouter des frais de gestion et de la complexité du point de vue de la formation, du support et de la gouvernance.

the-collaborative-structure-of-microsoft-teams-with-its-points-of-extension.png

Structure collaborative de Microsoft Teams avec ses points d’extension.

Pourtant, il est indéniable que l’intégration directe des systèmes adjacents dans les outils de communication et de collaboration présente un intérêt indéniable. Le travail est aujourd’hui tellement fragmenté entre les applications qu’il devient impératif de le centraliser davantage. Comme je l’ai longtemps soutenu, les outils de collaboration sont en fait un foyer naturel pour l’intégration du bureau de travail numérique. Les fichiers sont un exemple de cela. Leur connexion avec les différents membres de l’équipe permet d’en faire plus.

Mais qu’en est-il des dizaines d’autres applications qu’un travailleur utilise pendant la journée ? Beaucoup d’entre elles ont un contexte de collaboration qu’il serait pratique d’avoir directement dans Teams (pensez à l’approbation des notes de frais, au travail sur un projet à travers diverses applications, au support client, à la réponse à un appel d’offres, à la collaboration à une campagne de marketing, etc.)

En fait, Team dispose depuis longtemps d’un magasin d’applications interne où les utilisateurs peuvent naviguer parmi des centaines de solutions tierces différentes, puis commencer à utiliser ces applications dans le cadre même de l’expérience Team. Ils peuvent ensuite accéder aux données et recevoir des notifications pour les événements clés à partir de ces systèmes externes. Les utilisateurs de Teams peuvent même créer et modifier des données qui retournent dans les applications externes sous-jacentes.

publicité

Voir Teams comme un système d’exploitation pour le travail

Franchement, l’intégration d’applications tierces dans les outils de collaboration est loin d’être une nouvelle vision. Par exemple, cela a été tenté il y a de nombreuses années dans l’outil de collaboration Jive, alors très populaire. Mais c’est peut-être le concurrent de Teams, Slack, qui a réalisé avec succès plus de 1 000 intégrations de ce type, qui a le plus poussé ce principe pour l’instant.

Comme l’a dit Tim O’Reilly, « une plateforme a le dessus sur une application à chaque fois ». Le véritable obstacle est en réalité une question d’état d’esprit. A savoir, que ce que vous avez dans le jeu de fonctionnalités de base de Teams n’est que le début. Que pour obtenir le reste de la valeur (et vraiment, la majorité de la valeur), vous devez utiliser la plateforme comme elle est prévue. Cela signifie que vous devez étendre la plateforme, soit vous-même, soit, plus probablement, avec l’aide d’autres personnes qui l’ont déjà fait. Il s’agit généralement de développeurs de logiciels qui espèrent pouvoir se glisser dans la chaîne de valeur qui se constitue autour des plates-formes géantes créées par des sociétés comme Microsoft au fil des ans.

Microsoft comprend extrêmement bien le jeu de plateforme. Il a même développé des stratégies de monétisation afin que ceux qui intègrent leurs applications dans Teams puissent bénéficier directement des grands écosystèmes d’utilisateurs. Microsoft gagne lorsqu’il peut mettre en relation son public de développeurs avec son public d’utilisateurs. Un rapide tour d’horizon des applications intégrées dans Teams montre l’énormité des possibilités.

Offrir une plateforme où l’on attend un outil

Mais il y a un défi central dans ces stratégies de plateformes. Elles doivent être acceptées par ceux qui contrôlent l’application au sein de l’organisation. Ces groupes doivent considérer Teams comme une plateforme d’une manière qui leur fait réaliser que le simple fait d’avoir Teams n’est que la première étape d’un long voyage visant à rassembler la puissance d’autres applications sous son égide pour réaliser un workplace plus efficace et plus performant.

Lorsque je procède à l’examen des stratégies de plateforme pour les outils de collaboration, l’une des deux premières questions que je pose est la suivante :

  • a) Est-il facile pour les organisations de désactiver les applications ?
  • b) A quelle fréquence leurs clients le font-ils ?

Il est certain que Teams dispose de contrôles assez sophistiqués pour contrôler l’accès des utilisateurs finaux aux applications, de sorte que dans les environnements où vous ne souhaitez peut-être pas que tant d’applications soient facilement accessibles, vous pouvez facilement les désactiver. D’après mon expérience, beaucoup trop d’administrateurs le font tout de suite, repoussant l’accès aux applications tierces jusqu’à ce qu’ils aient les ressources et le temps nécessaires, ce qui n’arrive souvent jamais.

La réalité est que Teams a atteint un degré de maturité tel qu’il présente de nombreux points d’extensibilité, qu’il s’agisse d’applications basées sur Teams, d’applications personnelles, d’onglets configurables, d’extensions de messagerie, de webhooks, et bien plus encore. En fait, gérer Teams comme un produit qui est une plateforme est beaucoup plus difficile que de le gérer comme un outil. Pour que cette stratégie ait un sens, il faut que le retour sur investissement soit important.

Emmener Teams vers un public stratégique

Dans un sens, il est clair que Teams est un gagnant incontestable dans l’industrie de la communication unifiée. Il est de loin supérieur à Skype pour les entreprises qui remplacent cet outil par Teams. Il a réussi à être adopté et respecté sur le marché mondial, avec le carburant du télétravail sans nul doute. Malgré certaines plaintes concernant sa convivialité et sa complexité, que j’entends régulièrement de la part des utilisateurs finaux et des directeurs informatiques avec lesquels je m’entretiens, c’est un outil très performant pour la plupart. Il sera très présent sur le marché dans un avenir prévisible, notamment parce qu’il fait partie intégrante d’Office 365.

Non, la vraie question est de savoir si Microsoft peut débloquer le problème qui a freiné tant de stratégies de plateforme dans les produits qui ne sont pas au niveau des systèmes d’exploitation. Salesforce a connu un problème similaire sur son excellent AppExchange. En effet, les administrateurs système ne veulent pas de la gestion, de la livraison et du support d’un système d’exploitation alors qu’ils s’attendent à une solution ponctuelle beaucoup plus facile à gérer. Les utilisateurs doivent également être formés pour en tirer profit.

Une solution potentielle consiste simplement à commercialiser Teams différemment dès le départ, comme un incroyable couteau suisse de collaboration qu’il est vraiment devenu. Puis de le vendre à des groupes au sein d’organisations qui comprennent la valeur stratégique des plateformes. Cela signifie le mettre entre les mains des responsables de l’expérience numérique des employés, des stratèges du lieu de travail numérique et d’autres responsables chargés d’apporter à leurs employés l’ensemble de solutions le plus riche et le plus intégré possible. Au lieu d’une simple solution de messagerie et d’appel vidéo.

La bonne nouvelle, c’est que l’expérience des employés dans le domaine du numérique est très importante en 2020. C’est l’année où les règles du jeu des plateformes de collaboration peuvent être modifiées comme jamais auparavant. Le lieu de travail numérique n’a jamais été une priorité des organisations. C’est le cas à présent. Le moment est venu d’expliquer au marché pourquoi des plateformes stratégiques comme Teams, bien déployées et dont les utilisateurs sont correctement formés à toutes leurs capacités, permettront de créer le lieu de travail numérique de demain, plus simple, moins frustrant, mieux organisé.

Source : ZDNet.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *