Par ailleurs, 11 agents se sont donné la mort depuis la rentrée de septembre, selon les chiffres du ministère.

Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 18h40, mis à jour à 19h23

Temps de Lecture 1 min.

Durant l’année scolaire 2018-2019, 58 agents de l’éducation nationale se sont suicidés, et 11 depuis la rentrée de septembre, selon des chiffres du ministère dévoilés pour la première fois à l’occasion d’une réunion sur les conditions de travail des enseignants, mercredi 6 novembre.

Ces données ont été annoncées lors d’un comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) extraordinaire. Cette réunion, organisée à la demande des syndicats, était consacrée à la souffrance au travail à l’école primaire, au collège et au lycée, un mois et demi après le suicide de Christine Renon, une directrice d’école de Pantin (Seine-Saint-Denis).

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Face au malaise des enseignants, les médecins du travail se font rares

Taux de suicide de 5,85 pour 100 000

Ainsi, au cours de l’année scolaire 2018-2019, 37 hommes et 21 femmes se sont donné la mort, dont 12 agents non titulaires, et, depuis la rentrée de septembre, cinq hommes et six femmes, ont détaillé à l’Agence France-Presse les syndicats SNES-FSU et UNSA.

Ces chiffres concernent l’ensemble du personnel enseignant et du personnel administratif, soit 992 000 agents. Le ministère précise que le taux de suicide est de 5,85 pour 100 000 personnes – par comparaison, le taux de suicide moyen en France, en 2012, était de 16 pour 100 000, selon des données de l’Observatoire national du suicide.

Lire aussi Mal-être des enseignants : « La profession a besoin de retrouver un sens collectif »