Alors qu’une quarantaine de maires de droite s’apprêtent à lancer un appel pour soutenir la politique d’Emmanuel Macron, la proximité entre l’électorat de la droite conservatrice et le président de la République est de plus en plus mise en avant.

Interviewée par le magazine Le Point, Emmanuelle Mignon, une ancienne conseillère de Nicolas Sarkozy, s’est exprimée sur la déroute du parti Les Républicains aux Européennes, qui n’a récolté que 8,48% des suffrages exprimés, et sur la manière dont La République en marche avait su capter les électeurs de droite.

Poursuivre son mandat dans de “bonnes conditions”

Elle a notamment estimé que l’actuel chef de l’État était “le meilleur président de droite qu’on ait eu depuis un certain temps”, qui a “fait des réformes qui vont dans le sens souhaité par l’électorat de droite”.

“Je crois aussi que les Français sont pragmatiques. Quoi qu’ils fassent, le quinquennat d’Emmanuel Macron ira à son terme: autant lui donner la possibilité de poursuivre son mandat dans de bonnes conditions”, a jugé l’ancienne directrice de cabinet du président Nicolas Sarkozy quant au comportement des électeurs.

Lors des élections européennes, Les Républicains ont en effet perdu une grande partie de leur électorat de la Présidentielle 2017 au profit de La République en marche. Selon une étude Ipsos-Sopra Steria réalisée fin mai pour France Télévisions et Radio France, 27% des électeurs de François Fillon il y a deux ans ont ainsi voté pour la liste menée par Nathalie Loiseau lors du dernier scrutin européen.

Nicolas Sarkozy pour sauver Les Républicains?

Un transfert de voix révélateur du fait que les propositions d’Emmanuel Macron séduisent de plus en plus les électeurs de la droite traditionnelle, et qui a eu pour conséquence de bouleverser le parti Les Républicains, aujourd’hui dépourvu de leader après la démission de Laurent Wauquiez.

Ce leader en question, nombreux sont les sympathisants des Républicains à le voir en Nicolas Sarkozy. D’après un sondage de l’institut Elabe pour BFMTV, l’ex-chef de l’État est perçu comme le mieux à même de reprendre le leadership de la droite en vue des prochaines échéances électorales. Sur l’ensemble des sympathisants de la droite et du centre-droit, 46% le citent par ailleurs comme l’une des trois principales figures sur lesquelles le parti doit s’appuyer pour se reconstruire.