“Une pression supplémentaire” : Amazon va surveiller tous les faits et gestes des livreurs

Spread the love
  • Yum

C’est une nouveauté technologique et réglementaire qu’Amazon vient de présenter en ce début février à ses livreurs, employés et prestataires. Dans un article publié par The Information, puis dans une interview avec CNBC, Amazon a dévoilé un nouveau dispositif de caméras censées améliorer la sécurité lors des livraisons.

Controversée, cette nouvelle solution choisie par la société nord-américaine a de quoi interroger. « Nous investissons dans la sécurité de l’ensemble de nos opérations et nous avons récemment commencé à déployer une technologie basée sur des caméras de pointe dans notre flotte de véhicules de livraison », déclarait Deborah Bass, une porte-parole d’Amazon.

Cette technologie, dopée à l’intelligence artificielle, consistera en quatre caméras placées dans le véhicule, pour une surveillance active. « Cette technologie fournira aux conducteurs des alertes en temps réel pour les aider à rester en sécurité lorsqu’ils sont sur la route » ajoutait la responsable, dans son entretien à CNBC.

Comme le confirmait le 3 février le média The Information, les prestataires d’Amazon, qui s’occupent de la livraison « dernier kilomètre » (de l’entrepôt jusqu’à l’adresse du client), ont d’ores et déjà été mis au courant. Pour cela, Amazon leur a envoyé une vidéo d’instruction, pour expliquer le fonctionnement des caméras.

Lire aussi – Voici à quoi ressemblera le prochain siège social d’Amazon

“Big Brother”

Pour certains chauffeurs, la crainte est déjà de vigueur. Citant un prestataire concerné, CNBC rapportait qu’il s’agirait « d’une dose de pression supplémentaire, à un travail qui implique déjà une charge de travail intense ». Dans la vidéo envoyée, aussi disponible sur la plateforme Vimeo, on peut découvrir le fonctionnement des caméras lors de détection de comportements à risque. Dans ce cas, des avertissements vocaux sont diffusés dans l’habitacle. Un système aux possibles punitions, qualifié de “Big Brother” par un livreur.

« Pour le moment, il n’y a pratiquement aucune loi en place pour régir ce qu’Amazon peut faire avec toutes ces images une fois qu’elles les ont collectées », regrettait Evan Greer, directeur adjoint du groupe de droits numériques Fight for the Future. L’homme ne croyait pas si bien dire, alors que CNBC indiquait une politique de confidentialité mise à jour en amont de l’introduction des caméras. En fonction de la gravité d’un comportement enregistré depuis une caméra, les livreurs feraient l’objet de mesure disciplinaire – d’une rupture de contrat.

Leave a Reply

%d bloggers like this: