Une ancienne employée de chez Google dénonce le comportement de ses supérieurs

Spread the love
  • Yum

La semaine dernière, pendant la réunion habituelle dans le cadre Forum économique mondial de Davos, le PDG de Google, en la personne de Sundar Pichai, a été interrogé concernant le licenciement de Timnit Gebru. Cette chercheuse spécialisée dans l’éthique de l’intelligence artificielle et notamment les biais algorithmiques a été renvoyée de chez Google le 2 décembre dernier. Selon elle, cette décision aurait été prise par l’entreprise après qu’un de ses articles ait été refusé à la publication.

Révolution chez les GAFA : des salariés de Google créent un syndicat

Depuis ce licenciement, la décision de Google a fait couler beaucoup d’encre, et même au sein de l’entreprise des employés se sont insurgés. Afin d’en savoir un peu sur la manière de fonctionner de la firme de Mountain View, Sundar Pichai n’a pas hésité à des questionnements à ce sujet. Voici la prise de parole de Sundar Pichai pour tenter de répondre : “Nous sommes beaucoup plus transparents que la plupart des autres entreprises et vous nous voyez donc au milieu de ces problèmes. Mais je considère cela comme un signe que nous autorisons un débat autour de ce domaine. Et nous devons nous améliorer en tant qu’entreprise, nous nous engageons à le faire, mais je regarde la façon dont nous abordons cela et je suis convaincu des efforts que nous y consacrons et de notre engagement à faire mieux ici au fil du temps.”

Racisme, sexisme, Timnit Gebru dénonce les agissements de Google

À travers cette réponse, M. Pichai tente tant bien que mal de retourner la situation en faveur de son entreprise. Toutefois, il semblerait que Timnit Gebru en personne n’est pas appréciée cette façon de faire et n’a pas hésité à le faire savoir sur Twitter. Timnit Gebru va jusqu’à s’en prendre personnellement à Sundar Pichai, ainsi qu’à Jeffrey Dean qui dirige Google AI, en les qualifiants “d’hommes privilégiés”. Dans ce même thread Twitter, Timnit Gebru dénonce également les agissements de ses supérieurs qui l’auraient harcelé, traqué et attaqué en ligne, tout en lui mentant. Mme Gebru met le doigt sur une autre discrimination qu’elle aurait remarqué en interne. Selon elle, très peu de personnes noires travaillent chez Google, et lorsque c’est le cas elles quittent rapidement leur poste.

4.4 / 5

94,2 M avis

Leave a Reply

%d bloggers like this: