Un plan social plus drastique que prévu à venir chez SFR ?

Spread the love
  • Yum

Un plan social plus drastique que prévu à venir chez SFR ?

Plus dure sera la chute du côté de SFR. Alors que l’opérateur détenu par Altice France prévoyait jusqu’à 1 700 départs dans le cadre d’un nouveau plan présenté début mars, ce seront en réalité jusqu’à 2 000 suppressions de postes qui seraient prévus par la direction de la marque au carré rouge, comme le dénoncent les syndicats du groupe ce jeudi.

Dans le détail, 1 281 postes devraient être supprimés dans le pôle télécom de l’opérateur. S’y ajoutent 287 postes vacants supprimés par la direction de l’opérateur, ainsi que 404 suppressions de postes (dont 381 départs volontaires et 23 postes vacants supprimés) dans les boutiques de la marque, comme l’indiquent l’Unsa et la CFDT, selon un décompte transmis à l’AFP.

Interrogée par l’agence de presse, la direction de l’opérateur maintient le chiffre de « 400 salariés impactés dans la distribution, ainsi que 1 300 dans les autres fonctions du pôle télécom », soit au total 1 700 « postes occupés » supprimés sur la base du volontariat. Et de faire valoir que « 120 créations de postes » sont également prévues dans le cadre du plan stratégique de l’opérateur, qui doit conforter sa place de deuxième opérateur français d’ici à 2025.

publicité

Des résultats pourtant encourageants

Sur les 1 700 postes officiellement supprimés par l’opérateur, 400 le seront dans les boutiques, dont l’activité est perturbée depuis près d’un an par la crise sanitaire, débouchant sur une baisse de 30 % de la fréquentation en magasin, faisait valoir la direction de SFR au début du mois de mars. Celle-ci précisait également que ces départs seront combinés à un « grand plan de recrutement de 1 000 jeunes diplômés sur quatre ans », ainsi qu’à un renforcement de la politique d’apprentissage et de formation de l’entreprise.

« A l’heure où nous sommes déjà dans une phase d’investissements massifs pour la fibre et la 5G, nous devons, en tant qu’acteur sur lequel repose toute l’économie numérique, nous mettre en ordre de marche et nous fixer des objectifs élevés pour faire face à ce niveau d’exigence. C’est ce que nous proposons avec ce plan qui va nous permettre d’amener nos collaborateurs vers des fonctions très qualifiées et efficaces, qui répondront aux défis lancés par les sollicitations exponentielles de nos réseaux », défendait alors le directeur général de SFR Grégory Rabuel.

Malgré une année marquée par la crise sanitaire, rappelons que la marque au carré rouge, qui compte environ 10 000 salariés, a enregistré une hausse de 2,4 % de son chiffre d’affaires, à 10,6 milliards d’euros en 2020. De quoi rendre la pilule encore plus amère pour les effectifs de l’opérateur.

Leave a Reply

%d bloggers like this: