Un pic de plus de 1 000 kilomètres de bouchons atteint lors du traditionnel chassé-croisé de l’été – Le Monde

Spread the love
  • Yum

Samedi 31 juillet. Ce dernier jour du mois qui précède le premier du mois d’août est, comme chaque année, celui du traditionnel chassé-croisé entre ceux qui partent et ceux qui rentrent. A midi, les juillettistes et les aoûtiens se sont ainsi croisés sur les routes, générant un pic de bouchons cumulés de 1 091,6 kilomètres (précisément) sur l’ensemble de la France, selon Bison Futé.

Les principales perturbations ont bien évidemment concerné l’autoroute A7, en direction du sud, sur laquelle ont été relevés plus de 100 kilomètres de bouchons et de ralentissements (dans la Drôme, au plus fort de la journée), contre moins de 90 kilomètres peu avant 13 heures, toujours selon Bison futé. Le temps de parcours entre le sud de Lyon et Orange a pour sa part atteint 5 h 30, au lieu de 1 h 40 en temps normal, avec une circulation qui s’est rapidement densifiée, ainsi qu’a pu le constater Vinci Autoroutes, qui gère l’autoroute du Soleil.

Sur l’A10, les vacanciers étaient également éprouvés, ayant dû rouler 4 h 20 (au lieu de 2 h 30) entre Paris et Poitiers, et 4 h 10 – soit deux heures de plus que la normale – pour rallier Bordeaux depuis la capitale poitevine. Cet axe demeure très chargé, avec plus de 161 kilomètres de perturbations enregistrées par Bison futé à la mi-journée dans la Gironde.

Lire aussi Chassé-croisé sur les routes : comment peut-on prévoir et mesurer les embouteillages ?

Dimanche sera classé orange

Toujours le long du littoral, en direction de la frontière espagnole, les automobilistes devaient rencontrer des ralentissements sur l’A63, rallongeant d’une trentaine de minutes leur trajet sur les deux heures habituelles.

Sur l’A75, dite « La Méridienne », et qui relie Clermont-Ferrand à Béziers dans le prolongement de l’A71, Bison futé a relevé un bouchon de plus de 87 kilomètres en milieu de matinée. D’abord localisé dans l’Hérault, ce dernier s’est ensuite déplacé dans le Puy-de-Dôme en début d’après-midi, occasionnant des ralentissements sur une cinquantaine de kilomètres.

La route nationale 79, qui relie Montmarault (Allier) à Mâcon (Saône-et-Loire), était elle aussi très chargée, avec plus de 95 kilomètres de perturbations à l’heure du déjeuner.

D’autres difficultés sont à noter sur le pourtour méditerranéen (quoique moins importantes que celles de la vallée du Rhône), notamment pour aller à Narbonne (que ce soit par l’A9 en venant d’Orange ou par l’A61 depuis Toulouse), avec une heure supplémentaire au moins sur le temps habituel. Même constat entre Orange et Nice, sur l’A8, avec une trentaine de minutes supplémentaires, selon Vinci Autoroutes.

Dans le sens des retours, Vinci ne notait cependant pas de difficultés majeures, sauf sur l’A7, où il fallait compter une heure de plus pour gagner Lyon depuis Orange (2 h 40 au lieu de 1 h 40), ou encore sur l’A63, en direction de Bordeaux depuis la frontière espagnole.

Alors que, vendredi après-midi, les vacanciers avaient anticipé leur départ sur la route, plus de 1 000 kilomètres de bouchons ont malgré tout été enregistrés dans tout le pays. Et pour dimanche ? L’orange sera le nouveau noir, selon Bison futé.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Repensons la sécurité routière pour sauver encore plus de vies »

Le Monde avec AFP

Leave a Reply

%d bloggers like this: