Un avion de chasse mirage 2000D a disparu des radars ce mercredi midi, relatent nos confrères de l’Est Républicain. Deux personnes – un homme et une femme – avaient pris place à bord.  L’avion avait décollé de la base de Nancy (Meurthe-et-Moselle).

Les recherches se poursuivaient ce mercredi soir.

Des débris retrouvés

En début d’après-midi, des premiers débris d’avion ainsi qu’un parachute et une carte ont été retrouvés dans la Combe Noire, à la frontière entre le Doubs et le Jura. Les débris ont été localisés sur le territoire de la commune de Mignovillard autour de laquelle les recherches s’étaient concentrées.

Selon l’Est Républicain, les débris de l’avion sont répartis sur une zone d’un à deux hectares. Les pompiers ont pu effectuer des reconnaissances, mais l’armée envoie une équipe de spécialistes des explosifs depuis Paris sur zone. D’après un pompier qui a pu accéder aux lieux, “il y a des débris de partout”.

La gendarmerie du Jura a relayé l’information sur Facebook.

Crash dans le massif de la Combe noire

Selon les premiers éléments, l’appareil s’est crashé dans le massif de la Combe noire, sur les hauteurs de la commune de Mignovillard.

L’avion était muni de sièges éjectables. Il effectuait une mission entraînement et n’était pas armé.

“Le contact radio/radar a été perdu” avec ce Mirage 2000 D, qui effectuait “un vol d’entraînement aux missions en basse altitude”, a indiqué l’Armée de l’air dans un communiqué.

Aucune balise de détresse enclenchée

Aucune balise de détresse n’a été déclenchée avant l’impact, a indiqué un porte-parole de l’armée de l’Air lors d’un point presse ce mercredi en fin de journée.

Les deux membres d’équipage – pilote et navigateur – n’ont donné aucun signe de vie depuis la disparition de l’appareil.

Le Mirage 2000D disparu effectuait une opération “à basse altitude, qui ne nécessitait pas qu’on voie le sol”. Le brouillard n’est pas forcément en cause dans l’accident.

Il a précisé qu’il était pour l’heure impossible de dire si le parachute retrouvé était “un parachute de freinage ou appartenant à l’équipage”.

Les recherches dans cette vaste zone montagneuse sont rendues difficiles en raison de la neige et du manque de visibilité.

Une enquête a été ouverte par le parquet de Metz.