Trump veut interdire les transactions sur Alipay et sept autres services de paiement chinois

Spread the love
  • Yum

« Un risque inacceptable pour la sécurité nationale, la politique étrangère et l’économie des États-Unis. » C’est ainsi que Donald Trump a justifié la signature de son décret visant à interdire d’ici 45 jours toute transaction via huit services de paiement d’applications chinoises. Sont notamment concernés par ce texte Alipay (Ant Group) mais aussi la plateforme de paiement de WeChat, ou encore QQ de Tencent. On note aussi la présence de CamScanner, QQ Wallet, SHAREit, VMate et WPS Office.

Le précédent TikTok reste dans les mémoires

Le texte signé par le président américain précise : «[En] accédant à des appareils électroniques personnels tels que les smartphones, les tablettes et les ordinateurs, les applications logicielles chinoises connectées peuvent accéder et capturer de vastes étendues d’informations provenant des utilisateurs, y compris des informations personnelles identifiables sensibles et des informations privées».

Rien n’indique toutefois que ce décret entrera vraiment en application. D’ici 45 jours en effet, le gouvernement de Joe Biden aura succédé à l’administration Trump. Or ce dernier n’a pas été consulté avant la signature de cet executive order et rien n’indique qu’il y soit favorable.

S’il venait toutefois à rentrer en application, les conséquences seraient assez limitées pour les consommateurs américains qui utilisent plutôt des services de paiement nationaux comme Google Pay ou Apple Pay. Selon NPR, les entreprises américaines qui opèrent en Chine seraient en revanche freinées dans leur développement car elles ont de plus en plus recours à ces plateformes.

Cette tentative illustre en tout cas parfaitement la guerre commerciale qui a opposé les États-Unis à la Chine durant le mandat de Donald Trump. Cet affrontement a notamment affecté les géants de la Tech. Ces quatre années ont aussi été jalonnées d’échecs pour l’administration sortante comme en témoigne le précédent de l’interdiction de TikTok. Longuement annoncée, celle-ci n’est finalement jamais intervenue, malgré les menaces récurrentes du président.

Leave a Reply

%d bloggers like this: