Trump est définitivement banni de Twitter, même s’il est réélu un jour

Spread the love
  • Yum

Alors que le second procès en destitution de Donald Trump est toujours en cours, un responsable de Twitter a été interrogé si l’ancien président pouvait un jour être de nouveau autorisé à utiliser la plateforme de microblogging. Plus précisément, lors d’une interview sur CNBC, la journaliste a demandé à Ned Segal, CFO (responsable financier) de Twitter, ce qui pourrait se passer si un jour, Trump se représente pour la Maison-Blanche et est réélu.

La réponse du responsable de Twitter a été très claire. « La façon dont nos politiques fonctionnent, lorsque vous êtes retiré de la plate-forme, vous êtes retiré de la plate-forme – que vous soyez un commentateur, un directeur financier ou un ancien ou actuel fonctionnaire public », a-t-il déclaré.

« N’oubliez pas que nos politiques sont conçues pour garantir que les gens n’incitent pas à la violence, et si quelqu’un fait cela, nous devons les retirer du service et nos politiques ne permettent pas aux gens de revenir », a-t-il aussi indiqué.

En janvier, Twitter avait déjà précisé que c’est définitif

En janvier, Twitter avait déjà précisé que le retrait du compte de Trump est définitif. « Dans le contexte des événements horribles de cette semaine, nous avons clairement fait savoir mercredi que de nouvelles violations des règles de Twitter pourraient entraîner cette même ligne de conduite », avait indiqué la plateforme, avant d’ajouter : « après un examen approfondi des récents tweets de @realDonaldTrump et le contexte qui les entoure, nous avons suspendu définitivement le compte en raison du risque de nouvelles incitations à la violence ».

Durant son mandat, Donald Trump a fait de nombreuses publications controversées sur Twitter. Mais la plateforme a une politique différente, plus tolérante, concernant les publications des chefs d’État.

Dans un premier temps, Twitter a commencé à afficher des avertissements à côté de publications de Trump, ou à censurer des posts. Mais, suite à l’invasion du Capitole, la plateforme a finalement banni celui-ci (alors qu’il était encore le président en exercice).

Sur Facebook, c’est la « Cour suprême » qui tranchera du sort de Donald Trump

Alors que Twitter a déjà pris une décision définitive, Facebook, de son côté, va s’appuyer sur son « Oversight Board ». Souvent considéré comme la « Cour suprême » du réseau social, il s’agit d’un comité indépendant qui peut trancher sur certaines décisions difficiles.

En effet, suite à l’invasion du Capitole, Facebook a aussi suspendu le compte de Donald Trump. Mais contrairement à Twitter, le numéro un des réseaux sociaux n’a pas encore pris de décision définitive. C’est la Cour suprême de Facebook qui tranchera si Trump doit être banni définitivement.

« Notre décision de suspendre l’accès du président Trump de l’époque a été prise dans des circonstances extraordinaires : un président américain fomentant activement une insurrection violente destinée à contrecarrer la transition pacifique du pouvoir; cinq personnes tuées; législateurs fuyant le siège de la démocratie. Cela ne s’est jamais produit auparavant – et nous espérons que cela ne se reproduira plus jamais. Il s’agit d’une série d’événements sans précédent qui a appelé à une action sans précédent », a rappelé Nick Clegg, vice-président de Facebook, dans un billet de blog.

Pour Facebook, ce genre de décision ne devrait pas être prise par une société privée (mais par sa « Cour suprême » ?)

Néanmoins, si le groupe estime qu’il a fait ce qu’il fallait, il adhère également à l’idée que les entreprises privées ne devraient pas prendre de décisions comme celles-ci. Et c’est la raison pour laquelle Facebook s’en remet à l’arbitrage de sa Cour suprême, qui tranchera de manière indépendante concernant la suspension du compte de Donald Trump.

« Que vous pensiez que la décision était justifiée ou non, de nombreuses personnes sont naturellement mal à l’aise avec l’idée que les entreprises technologiques ont le pouvoir d’interdire les dirigeants élus. Beaucoup affirment que les entreprises privées comme Facebook ne devraient pas prendre elles-mêmes ces grandes décisions. Nous sommes d’accord », a déclaré le vice-président de Facebook à ce sujet.

4.5 / 5

17,6 M avis

Leave a Reply

%d bloggers like this: