Trump déclare la guerre à TikTok : trois questions sur une possible interdiction – Le Parisien

Spread the love
  • Yum

« En ce qui concerne TikTok, nous l’interdisons aux Etats-Unis ». Face à quelques journalistes présents dans son avion présidentiel Air Force One vendredi, Donald Trump a indiqué son souhait de bannir l’application de partage de vidéos très prisée par les plus jeunes. Le président américain pourrait agir dès ce samedi, a-t-il laissé entendre. On fait le point.

Pourquoi Trump veut-il interdire TikTok ?

Depuis plusieurs semaines, Donald Trump et les plus hauts responsables américains soupçonnent ouvertement la Chine d’utiliser TikTok à des fins d’espionnage.

L’application, propriété du groupe chinois ByteDance, compte environ un milliard d’utilisateurs dans le monde. Les Chinois n’ont pas accès à TikTok mais à l’application équivalente Douyin, développée par le même groupe. Cette dernière, dont les données sont stockées sur des serveurs différents, ne présente pas les mêmes possibilités de partage, en raison de la censure qui s’applique sur l’Internet chinois.

L’agence américaine chargée de s’assurer que les investissements étrangers ne présentent pas de risque pour la sécurité nationale, le CFIUS, mène actuellement une enquête sur TikTok.

Le 6 juillet, le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo avait déjà dit qu’il « envisageait » d’interdire les applications de médias sociaux chinois. Les gens ne devraient télécharger TikTok « que si vous voulez que vos informations privées soient entre les mains du Parti communiste chinois », avait-il martelé sur la chaîne Fox News, sur un ton martial. Des accusations d’espionnage dont s’est toujours défendue l’application.

« Certains élus Républicains considèrent TikTok comme étant un cheval de Troie de Pékin pour faire de la propagande chinoise. Ils craignent aussi la récupération de données, ce qui est un peu ironique quand on sait l’utilisation des données des réseaux sociaux que font les Républicains, notamment pendant la campagne présidentielle 2016 », note la politologue Marie-Cécile Naves, faisant référence au scandale Cambridge Analytica.

Cette séquence s’inscrit aussi dans un contexte électoral, à trois mois de l’élection présidentielle. Donald Trump parait, à l’heure actuelle, distancé par son adversaire démocrate Joe Biden dans les sondages. « Il fait feu de tout bois. Vouloir interdire TikTok s’inscrit dans sa stratégie de désigner la Chine comme étant un ennemi extérieur responsable de ses problèmes », juge Marie-Cécile Naves.

Trump est sans doute aussi agacé de constater que l’application est très utilisée par la jeunesse progressiste qui s’oppose à lui. Certains ont même affirmé avoir saboté son meeting à Tulsa, le 20 juin, en réservant des milliers de places finalement laissées vides.

Comment pourrait-il faire ?

Le New York Times indique que Donald Trump pourrait prendre un décret se basant sur « l’International Emergency Economic Powers Act » afin de contraindre les magasins d’applications américains à retirer TikTok de leur catalogue. « J’ai cette autorité. Je peux le faire avec un décret », a martelé Donald Trump vendredi.

Interdire l’application telle qu’elle existe actuellement pourrait également passer par une voie détournée. Car l’administration américaine envisage aussi de contraindre la maison mère chinoise de TikTok, ByteDance, à vendre la plateforme à un groupe américain. Là aussi, c’est l’argument de la protection de la sécurité nationale qui serait mis en avant. Des négociations seraient déjà ouvertes avec Microsoft, d’après le Washington Post. Selon une information de Reuters dévoilée ce samedi après-midi, le groupe chinois serait en effet prêt, sous la pression, à céder la branche américaine de TikTok à l’entreprise fondée par Bill Gates.

Des précédents existent, comme le souligne le quotidien américain. En mars, une société chinoise avait été contrainte de vendre sa participation dans une société américaine de logiciels hôteliers. L’année dernière, l’administration Trump avait imposé aux propriétaires chinois de l’application de rencontres homosexuelles Grindr d’abandonner le contrôle de l’entreprise.

D’autres pays ont-ils déjà interdit TikTok ?

Oui. Le 29 juin, l’Inde a interdit 59 applications chinoises, dont TikTok (mais aussi la messagerie très populaire WeChat). Celles-ci « se livrent à des activités […] portant préjudice à la souveraineté et à l’intégrité de l’Inde, à la défense de l’Inde, à la sécurité de l’Etat et à l’ordre public », avait justifié le ministère des technologies de l’information.

Le Pakistan voisin a récemment lancé à l’application « un ultime avertissement » afin qu’elle supprime des contenus jugés « immoraux, obscènes et vulgaires ».

À Hongkong, les dirigeants de l’application ont décidé de la suspendre en raison de la récente loi sur la sécurité nationale imposée par la Chine.

En France, cela semble être tout l’inverse, pour l’instant. Plusieurs responsables politiques, dont Emmanuel Macron, viennent d’investir le réseau social. Le 7 juillet, le chef de l’Etat a profité des résultats du bac pour « débarquer » sur TikTok et adresser ses félicitations aux lauréats.

VIDÉO. « Avec sa vidéo sur TikTok, Macron montre qu’il est en campagne pour 2022 »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *