Trafic de drogue, insécurité, logement insalubre… Emmanuel Macron va bientôt se rendre à Marseille – Le Parisien

Spread the love
  • Yum

Le président Emmanuel Macron se rendra prochainement à Marseille, a indiqué mardi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal sur BFMTV, sans indiquer de date pour le moment.

« Oui, un déplacement est prévu à Marseille. S’il se déplace à Marseille, le président de la République, c’est pas pour rien, c’est même pour parler de beaucoup de sujets parce que Marseille, évidemment, a besoin qu’on travaille sur beaucoup de sujets », a répondu Gabriel Attal à une question de Jean-Jacques Bourdin qui lui demandait s’il s’y rendait « avec un plan global pour la ville ».

L’annonce de ce déplacement intervient alors que la ville connaît une accélération du nombre de règlements de comptes depuis deux mois, avec des homicides par balles dans des cités et quartiers touchés par les trafics de drogue. Ce week-end, quatre jours après la mort d’un adolescent de 14 ans près d’un point de vente de drogue, trois hommes ont encore été tués.

« C’est un poison et nous devons lutter contre ce poison »

« Est-ce qu’on peut imaginer une légalisation expérimentale et encadrée du cannabis à Marseille », poursuit l’intervieweur. Léger trouble de Gabriel Attal qui répond : « Ecoutez, je n’en ai pas entendu parler. Marseille a besoin qu’on continue à pilonner les trafiquants, les dealeurs, plus 56 % cette année d’interpellation des trafiquants ».

Interrogé sur le même sujet au même moment sur France Info, le ministre de l’Intérieur a été intransigeant, parlant de « l’insulte et la défaite morale » que serait « la légalisation de la drogue ». « Vous pensez que quand des caïds, des voyous, vivent avec 100 000 euros d’argent liquide par jour ils vont monter une petite échoppe, déclarée aux Urssaf et aux impôts, payer des cotisations », a fait mine d’interroger Gérald Darmanin. Et de rappeler que la consommation de cannabis coûte notamment « 500 morts sur la route par an ». « C’est un poison et nous devons lutter contre ce poison », a-t-il martelé.

Faisant sa rentrée à Marseille mardi matin, le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti a assuré qu’il répondrait « favorablement » aux demandes de magistrats supplémentaires à Marseille. « La Chancellerie est très attentive à la situation de Marseille, vous l’imaginez, comme d’ailleurs le ministère de l’Intérieur qui a promis un renforcement en termes de policiers, mais nous aussi, nous sommes au rendez-vous », a assuré le garde des Sceaux. Depuis un an, 62 personnels, hors magistrats, sont arrivés dans la juridiction de Marseille, et 11 magistrats ont été recrutés, dont les derniers doivent prendre leur poste au 1er septembre. « Mais bien sûr, ça n’est jamais suffisant, et, bien sûr, il n’y a pas de recette miracle », a fait valoir le ministre.

Les trafics ne sont pas le seul problème de la ville. En mars dernier, le maire de Marseille, Benoît Payan (PS), avait été reçu à déjeuner à l’Élysée. Un peu plus tôt, l’édile en appelé à la « solidarité nationale » pour sortir la cité phocéenne du marasme, touchant notamment les écoles et le logement insalubre. Il en était ressorti ragaillardi, convaincu d’obtenir l’appui de l’État pour faire avancer les grands dossiers de la ville. Au mois de juin, Payan avait rencontré Jean Castex pour évoquer le plan de rénovation de 200 des 472 écoles de la ville, qui nécessite un milliard d’euros d’investissement alors que les finances marseillaises sont au plus mal.

Selon France Bleu, le président de la République est attendu jeudi 2 et vendredi 3 septembre à Marseille, où il doit annoncer le plan de réhabilitation des écoles et un plan sur la mobilité.

Leave a Reply

%d bloggers like this: