TikTok : L’accord entre Oracle et Walmart est suspendu pour une durée indéterminée

Spread the love
  • Yum

TikTok : L'accord entre Oracle et Walmart est suspendu pour une durée indéterminée

L’administration Biden suspend la vente des opérations américaines de TikTok. Selon un article du Wall Street Journal, l’accord préliminaire de TikTok avec Oracle et Walmart a été « suspendu pour une durée indéterminée » pendant que le nouveau gouvernement américain procède à son propre examen des risques de sécurité posés par les applications et logiciels détenus par des étrangers.

En août dernier, le président Donald Trump a signé deux décrets visant à interdire le téléchargement des applications de médias sociaux chinoises WeChat et TikTok. Ils qualifiaient TikTok et WeChat de menaces pour la sécurité nationale concernant la collecte de données, les technologies d’information et de communication et la chaîne d’approvisionnement en services.

publicité

Accord Oracle et Walmart

Toutefois, en septembre, Oracle et Walmart ont annoncé qu’ils allaient acquérir 20 % de la nouvelle société TikTok Global, et procéder à une introduction en Bourse dans les 12 mois, évitant ainsi l’interdiction de la présence de TikTok aux Etats-Unis.

A l’époque, Oracle affirmait qu’il serait le fournisseur de services cloud de TikTok et qu’il détiendrait une participation de 12,5 % dans le réseau de médias sociaux.

Walmart devait détenir une participation de 7,5 % et explorer l’intersection entre TikTok et le commerce électronique.

L’administration Biden va réévaluer les risques posés par les applications chinoises

L’accord aurait été suspendu pendant l’enquête de la nouvelle administration Biden, qui souhaite procéder à sa propre évaluation des risques de sécurité posés par les entreprises technologiques chinoises.

« Nous avons l’intention de développer une approche globale pour sécuriser les données américaines, qui répond à toute la gamme des menaces auxquelles nous sommes confrontés », souligne la porte-parole du Conseil national de sécurité, Emily Horne, au journal.

« Ce qui inclut le risque posé par les applications chinoises et autres logiciels fonctionnant aux Etats-Unis. Dans les mois à venir, nous prévoyons d’examiner des cas spécifiques à la lumière d’une compréhension globale des risques auxquels nous sommes confrontés. »

Source : ZDNet.com

Leave a Reply

%d bloggers like this: