Tetris Effect, c’est l’histoire d’un désarroi, face à un jeu aussi complexe à mettre en mots que facile à démonter d’une simple phrase. Peu importe le coeur que vous mettrez à convaincre votre auditoire, un simple “donc c’est Tetris avec des effets autour ?” dans l’assistance et vous êtes mort. “Oui, mais non. C’est bien plus que ça. C’est…rhaa, c’est…“. Comme on dit dans la fripe, “il faut le voir porté“. C’est manette en main, VR bien en place et oreilles calées sous un casque audio bien isolant que le jeu d’Enhanced Games brille de mille feux. Quand les sens se mêlent, que chaque rotation de pièce semble s’inscrire naturellement dans la partition, que les lignes complétées battent parfaitement la mesure, si bien qu’on ne sait plus qui est le joueur et qui est le joué. Quand le son, les effets lumineux, les animations, les changements de décor et les vibrations du pad plongent le cerveau dans le fameux “flow”, cet état d’engagement total où chaque réussite devient une fête.