Quelques mois après la sortie de ses enceintes Stanmore 2 et Acton 2, Marshall se décide à leur offrir un peu plus d’intelligence. En effet, leurs nouvelles versions “Voices” intègrent un assistant vocal, celui de Google ou d’Amazon, au choix. Bel objet qui fait mouche chez soi, voyons si ses nouvelles fonctionnalités et la qualité audio peut justifier de (re)passer à la caisse.

Fiche technique

Nom du produit Marshall Stanmore 2 Voice
Type de produit Enceinte connectée
Dimensions 350 x 195 x 185 mm
Poids 4,65 kg
Puissance – 2x Tweeters 15 W
– 1x Woofer 50 W
Réponse en fréquence 50 Hz à 20 kHz
Tension d’entrée de ligne 100 – 240 V
Sensibilité 107 dB @ 1 m
Fréquence secteur 50/60 Hz
Fonctionnalités – Google Assistant ou Amazon Alexa
– Compatibilité Google Home
– Multiroom
– Bluetooth
– Wi-Fi
– 2x microphones omnidirectionnels
Connectiques – RCA
– jack 3,5 mm
– cordon alimentation
Batterie – 4 LED témoins de l’état de l’assistant
Prix 399,99 euros

Design : un bien bel objet

Marshall, c’est avant tout une marque qui a du goût. Côté esthétique, il n’y a rien que l’on puisse lui reprocher, l’enceinte Stanmore 2 Voice arbore un style des plus élégants, dans la lignée de ses prédécesseurs : une robe en similicuir, une grille haut-parleurs en tissus maillés accompagnés du logo et un panneau de contrôle en aluminium brossé sur le dessus. Non vraiment, où que vous la placiez, elle habille la pièce et apporte un véritable cachet à votre intérieur.

L’une des nouveautés avec ce modèle de 2019, c’est l’intégration d’un assistant. Pour celui que nous avons eu en test, il s’agit de Google Assistant, mais sachez qu’il existe une autre version avec la commande vocale Alexa d’Amazon. Une présence qui se remarque assez vite à l’œil grâce à l’intégration de quatre LED lumineuses sur la bande cuivrée placée en dessous de la grille de haut-parleurs. Elles clignotent pour rendre compte de l’état de votre assistant.

Avec son poids de 4,65 kg on ne peut pas parler d’enceinte nomade, mais elle reste transportable si besoin, d’autant plus qu’elle bénéficie d’une petite anse à l’arrière. De toute manière, si vous voulez l’utiliser, il faut impérativement une prise secteur : elle ne comporte pas de batterie.

Fonctionnalités intelligentes

Si elle a l’allure des amplis des années 60, faisant ainsi référence au créateur de la marque, elle renferme à l’intérieur des fonctionnalités on ne peut plus modernes. Le panneau de contrôle permet de passer rapidement d’un mode de connexion à l’autre : Wi-Fi, Bluetooth, AUX ou RCA. Pour que la magie opère, il faut patienter environ deux secondes tout de même, mais ça fonctionne à tous les coups. Pour profiter du Wi-Fi qui promet une meilleure stabilité et qualité audio, il convient de lier l’enceinte à votre réseau en passant par l’application mobile Google Home. Simple comme bonjour, en deux ou trois minutes, la Stanmore 2 est prête à répondre à votre demande, qu’il s’agisse de lancer une track, connaître la météo et les infos, écouter une blague nulle… bref, vous connaissez les capacités (et les limites) de Google Assistant.

Bien entendu, vous pouvez lancer vos musiques et playlists en soufflant un “Ok Google’” grâce aux micros de l’enceinte Marshall ou de celle de Google. Finalement trop proche l’une de l’autre, j’ai préféré désactiver les microphones de la Stanmore 2. Il suffit d’une petite pression sur le bouton dédié sur le panneau.

Utilisant essentiellement Youtube Music Premium, j’ai surtout casté depuis l’application installée sur mon smartphone connecté au même réseau Wi-Fi. Vous pouvez aussi profiter de Spotify, mais sachez simplement que par défaut, Google Assistant répondra à vos demandes en passant par Deezer.  Aucun problème de connexion par ailleurs, elle s’est montrée stable pendant les plusieurs semaines d’utilisation. Bien entendu, vous pouvez toujours vous rabattre sur le Bluetooth ou la prise jack si vos murs sont trop épais ou que votre connexion internet n’est pas optimale. Et si vous avez chez vous un appareil plus ancien comme une platine vinyle par exemple, vous allez pouvoir la brancher à l’enceinte grâce à la sortie RCA placée à l’arrière.

Outre les boutons micro, Lecture/Pause et sources, le panneau propose trois molettes pour le réglage du volume, basses et treble. Le fait d’avoir intégré un contrôle numérique pour le volume est un véritable plus, évite les mauvaises surprises et donne un contrôle total de celui-ci même depuis votre smartphone.

Qualité audio : un son percutant

La Stanmore de 2019 ne change pas foncièrement de celle sortie il y a quelques mois. Le caisson en bois accueille trois amplificateurs, dont un couple de tweeters de 15 W chacun et un woofer avec une puissance de 50 W. L’expérience globale satisfaite, avec de clarté et de la netteté. Malheureusement, si vous augmentez le volume, le son va vite se mettre à craquer. Quel que soit la taille de la pièce, le son reste assez puissant pour être apprécié, notamment grâce à des basses bien présentes, vous pouvez sentir les vibrations si celles-ci sont poussées au maximum. Assez sensible à la longue aux notes aiguës, j’ai pu quelque peu améliorer ma tolérance grâce au treble. Mais avec ça, j’ai ressenti un peu de fatigue, arrivée à la fin de la journée.

Je trouve dommage cependant que les voix et les médiums ne soient pas plus mis en avant. Ils ont tendance à s’étouffer et baisser les basses ne change pas la donne. On a donc une expérience sonore percutante, mais un respect de tout le spectre audio discutable. Plutôt flagrant même, quand vous écoutez un genre complexe qui invoque toutes les fréquences ou presque comme… le rock. Pour une enceinte Marshall (et son prix) c’est un brin décevant, on ne va pas se mentir.

Où l’acheter ?

La Marshall Stanmore 2 Voice avec Google Assistant ou Alexa d’Amazon — il faut faire ce choix avant de passer à la caisse — coûte 399,99 euros. Si votre budget se trouve un peu serré, vous pouvez toujours vous rabattre sur la Acton 2 Voice, un plus petit modèle avec un roofer 30 W et une sensibilité 98 dB @ 1 m pour un prix de 299,99 euros.

Galerie Photo