L’année dernière avec le Redmi 5, Xiaomi nous prouvait que bas prix ne rime pas toujours avec médiocrité. Disponible à son lancement autour de 170 euros en import, ce smartphone d’entrée de gamme nous avait conquis par son joli design, sa généreuse autonomie et ses belles performances. Un vrai coup de cœur.

Un an plus tard, Xiaomi lance le Redmi 6, la version 2018 de son smartphone phare, désormais équipée d’un double module caméra. Vendu 159 euros, l’appareil fait quelques concessions matérielles et abandonne notamment son processeur Snapdragon 630 au profit d’un Helio P22 de MediaTek.

Petite précision : le modèle que Xiaomi nous a prêté pour ce test est équipé de 4 Go de RAM et 64 Go de stockage interne, alors que seule la version 3 Go + 32 Go est commercialisée en France.

Un design toujours impeccable

Le Redmi 6 compte parmi les rares smartphones « petit format » du marché (Presque un survivant à ce titre !). Avec son écran de 5,45 pouces au format 18:9, il semble minuscule à côté de la grande majorité des appareils du moment. De ce fait, il est vraiment confortable à utiliser et ne requiert pas l’utilisation de ses deux mains, même pour accéder au haut de l’écran. Cela fait du bien. Les boutons du volume et de déverrouillage, situés sur le côté droit de l’appareil, peuvent facilement être atteints du pouce. Avec ses 146 grammes, le Redmi 6 est aussi très léger,

De technologie LCD, l’écran de ce smartphone ne nous éblouit malheureusement pas par sa qualité, même si elle reste passable. Il affiche une définition HD+, ce qui est regrettable sans vraiment être dérangeant (la résolution atteint tout de même presque les 300 ppp). La dalle nous déçoit surtout techniquement. D’une luminosité maximale de 372 cd/m2, elle sera difficilement consultable en plein soleil. Nous l’avons vérifié un jour de beau temps, il est très difficile de lire le contenu de son écran sans se mettre à l’ombre… Son taux de contraste de 1404:1 est en revanche très bon.
Jean-David Duarte — 01net.com – Le Redmi 6 n’est pas encore passé à l’encoche.
Le dos du smartphone est fait de plastique imitation aluminium et profite d’une élégante sobriété. On trouve en haut un capteur d’empreintes digitales et dans le coin supérieur gauche un double module caméra.
Jean-David Duarte — 01net.com – Le dos du Redmi 6.
Enfin, le Redmi 6 est équipé d’une prise jack en haut et d’un port Micro USB en bas. Toujours pas d’USB-C sur cette gamme ce qui reste plutôt compréhensible, vu le prix du smartphone.

Des performances médiocres

Lorsque l’on a appris que Xiaomi abandonnait les processeurs de Qualcomm pour un Helio P22, on a tout de suite été un peu inquiet. Certes, les processeurs de MediaTek se sont considérablement améliorés, mais ils restent largement en dessous de ceux de leur rival américain. Malheureusement, le Redmi 6 est victime de ce drôle de choix stratégique.

À l’utilisation, on ressent tout de suite un manque d’optimisation. Quand on répond à des messages, le smartphone ralentit souvent et n’arrive pas à suivre ce que vous tapez sur le clavier. Résultat, l’expérience utilisateur en est gâchée. Il faut volontairement taper moins vite et donc perdre en productivité. Autre exemple avec la navigation gestuelle de MIUI 10, fermer une application, d’un glissement de doigt de bas en haut, crée un bug graphique sur le Redmi 6, comme si le smartphone ralentissait.

Le Redmi 6 s’en sort, revanche, à peu près correctement dans les jeux, il y a quelques latences mais pas de quoi non plus s’affoler. Toujours est-il qu’en matière de confort d’utilisation au quotidien, le Redmi 6 reste à des années lumières du Redmi 5. Quel dommage.

Autonomie moyenne

Là encore, le Redmi 6 est une régression. Le laboratoire de 01net.com a mesuré une autonomie polyvalente de 9h22, très très inférieure aux 13h16 du Redmi 5. En communication, on passe de 26h à 21h32, ce qui confirme les performances moindres de la batterie sur cette nouvelle génération. A moins qu’il ne s’agisse, là encore, d’un souci lié au processeur trop énergivore. Lors de notre test, il nous a souvent fallu recharger le smartphone avant la fin de la journée.
Jean-David Duarte — 01net.com – Micro USB pour le Redmi 6.
À noter que Micro USB oblige, le Redmi 6 n’est pas compatible avec la recharge rapide. Il faut 3h01 au smartphone pour passer de 0 à 100% avec son chargeur d’origine. 

Un appareil photo plutôt satisfaisant

Pour un smartphone à 159 euros, le Redmi 6 s’en sort plutôt correctement en photo. Rien de bien exceptionnel, mais son double module caméra de 12 Mpix et 5 Mpix (f/2.2) réussit à prendre de jolis clichés même s’il éprouve quelques difficultés en basses lumières. 
01net.com – De jour, le Redmi 6 s’en sort plutôt bien même si les photos manquent de détails. 01net.com – C’est plus compliqué la nuit. Si on zoome, on remarque tout de suite que l’image est presque entièrement floue. La gestion de la lumière est aussi chaotique. 01net.com – La faute à une mauvaise gestion de la lumière et à une mise au point beaucoup trop lente, cette photo est ratée. Grâce à son deuxième appareil photo (nouveauté de cette nouvelle génération), le Redmi 6 peut prendre des photos avec effet bokeh. Le détourage n’est pas parfait mais le résultat reste honorable. 01net.com – Il faut parfois s’y reprendre à deux fois mais le mode portrait du Redmi 6 marche bien. Principal défaut de l’appareil photo du Redmi 6, sa lenteur. L’autofocus prend parfois 4 à 5 secondes et le smartphone n’a pas l’instantanéité des modèles les plus haut de gamme de Xiaomi. Logique, mais très pénalisant dans certains cas.