Test du Samsung Galaxy A32 5G : le compte n’y est pas (Kévin) !

Spread the love
  • Yum

Comme chaque année, le renouvellement de la gamme Galaxy A représente de gros enjeux pour Samsung. Si les Galaxy S mettent des paillettes dans la vie des fans, les Galaxy A sont bien les modèles permettant à Samsung de mettre des moulures aux plafonds.

Alors que le Galaxy A52 est bien parti pour s’imposer comme le smartphone Samsung le plus vendu de 2021 (il est déjà en rupture de stock), le Galaxy A32 5G, vendu 329 euros, promet de rendre la 5G encore plus accessible. Nous l’avons testé pendant plusieurs jours.

Prix et disponibilité

Le Galaxy A32 5G est commercialisé au prix de 329 euros. Il est disponible en version 128 Go uniquement et se décline en quatre coloris : noir, blanc, bleu et lavande. Un modèle 4G est également disponible à la vente. Samsung le propose au tarif de 249 euros.

test galaxy a32 review

© Presse-citron

Le A32 se positionne donc comme un concurrent direct des Xiaomi Redmi Note 10 Pro et realme 8 Pro, deux modèles chinois à l’excellent rapport qualité-prix.

Design

Contrairement aux autres modèles de la gamme, le Galaxy A32 5G ne porte pas de gros bloc photo sur son dos. Les capteurs font partie intégrante de la coque et ne ressortent que très légèrement. Samsung revient ainsi à un design plus old school teinté d’une couche de minimalisme bienvenue.

Avec son dos plat et brillant, le Galaxy A32 5G a des airs de famille avec les smartphones Xperia de Sony. Ne vous y trompez pas pour autant : le A32 est recouvert de plastique et non de verre.

test galaxy a32 design

© Presse-citron

Cela ne l’empêche pas de souffrir des mêmes défauts : c’est un nid à poussière et traces de doigts. Et pour ne rien gâcher, ses 205 g en font un smartphone particulièrement lourd au regard des matériaux qui le constituent.

test galaxy a32 poussières

De la poussière, moi ? © Presse-citron

Outre ces quelques éléments perturbateurs, le Galaxy A32 5G reste un smartphone séduisant lorsqu’on le regarde de dos. De face, en revanche, c’est un peu la douche froide. Samsung ne s’est pas foulé en intégrant une dalle LCD aux contours noirs particulièrement visibles. On a vu beaucoup mieux aussi bien chez le coréen que chez ses concurrents.

test galaxy a32 encoche

© Presse-citron

Surtout, le A32 5G hérite d’une dalle Infinity-V c’est-à-dire que le capteur frontal est logé dans une encoche en forme de goutte d’eau. En 2021. Sur un smartphone à plus de 300 euros… Et pour couronner le tout, le moteur haptique d’un autre temps n’améliore pas ses affaires.

Les autres éléments sont positionnés de manière classique : l’USB-C et le haut-parleur tiennent compagnie au jack 3,5 mm sur la tranche inférieure. À droite, le bouton on/off positionné sous les touches de volume fait aussi office de lecteur d’empreintes. À gauche le slot nano-SIM peut accueillir au choix deux SIM ou une SIM et une carte microSD pour étendre la mémoire de stockage.

Écran et audio

Pour 329 euros, on s’attendait à profiter d’un écran AMOLED dont Samsung a le secret. Après tout, Xiaomi, OnePlus, realme intègrent cette technologie d’écran à leurs modèles abordables.

Visiblement, équiper le A32 5G d’une dalle AMOLED maison coûte trop cher au coréen. On doit donc se contenter d’un écran LCD de 6,5 pouces avec une définition HD+ (sérieusement ?) et une fréquence de rafraîchissement de 60 Hz.

test galaxy a32 ecran

© Presse-citron

Quitte à se louper, autant y aller à fond. En sortie d’usine, l’écran est mal calibré (trop froid) et la luminosité un peu juste pour une lecture confortable en plein soleil. Seul lot de consolation, des contrastes corrects, mais pas fabuleux non plus. Une vraie déception.

Personne ne s’étonnera d’apprendre que la qualité des haut-parleurs est tout juste correcte. On salue en revanche la présence d’un jack 3,5 mm autorisant l’écoute de tous les fichiers audio y compris le FLAC. Les mélomanes apprécieront.

L’écoute sans fil, elle, repose sur une connectivité Bluetoothh 5.0. On doit alors se contenter de la prise en charge des codecs standards : AAC et SBC. Suffisant pour une écoute sur les services de streaming audio sans craindre une hémorragie du conduit auditif.

Performances et interface

Pour fournir une connectivité 5G, Samsung opte pour une puce MediaTek Dimension 720 5G d’entrée de gamme. Elle est associée à 4 Go de RAM et 128 Go de stockage, rien d’extraordinaire donc.

Extraordinaires, les performances ne le sont pas non plus. Elles en sont même très loin. On peut comprendre que le Galaxy A32 5G ne fournisse pas suffisamment de puissance pour jouer aux jeux 3D du moment avec une qualité graphique optimale.

test galaxy a32 perks

© Presse-citron

En revanche, il nous est très difficile d’accepter une expérience quotidienne marquée par des ralentissements, saccades, crashs, bref tout ce qui a fait la mauvaise réputation de l’univers Android auprès du grand public.

Cela est d’autant plus agaçant que Samsung est le leader du marché des smartphones. Si Xiaomi, Poco et realme savent faire des produits fluides, pourquoi pas lui ? Par souci d’économie ? Mauvais calculs ? Précipitation ? Peu importe la cause, le résultat reste indigne d’une marque comme Samsung et d’un smartphone à plus de 300 euros. Entre ce A32 5G et la concurrence, le fossé est béant.

test galaxy a32 interface

© Presse-citron

On aurait pu se consoler avec One UI, sans doute l’une des meilleures interfaces Android du moment. On aurait pu… si on avait eu la chance de l’utiliser correctement.

Autonomie et recharge

Habitué aux écrans AMOLED, Samsung maîtrise l’optimisation de l’autonomie avec ce type de dalle. Ici, le constructeur opte pour un écran LCD, plus énergivore. Bonne nouvelle, Samsung dompte tout aussi bien la consommation d’énergie avec ce type de dalle.

Il faut dire que le Galaxy A32 5G embarque une batterie généreuse de 5000 mAh, ce qui facilite quelque peu la tâche. Le processeur, un poil feignant, rend lui aussi l’exercice plus trivial.

test galaxy a32 autonomie

© Presse-citron

Ne minimisons pas le savoir-faire des ingénieurs pour autant. Avec une configuration à peu près similaire, le Poco X3 Pro est loin de se montrer aussi endurant que le Galaxy A32 5G. En fait, le smartphone de Samsung est même deux fois plus endurant. Il tient environ deux jours en utilisation polyvalente, de quoi voir venir donc.

Tout aurait pu être parfait si Samsung avait prêté autant d’attention à la recharge qu’à l’autonomie. Le A32 5G ne supporte qu’une puissance de charge de 15 W, bien trop peu en 2021. Comptez plus de 2 heures d’attente pour recharger intégralement la bête. En 30 minutes, on plafonne au mieux à 30%…

Appareil photo

Jusqu’à maintenant, on ne peut pas dire que le A32 5G impressionne. Samsung se rattrape-t-il sur la partie photographie ? Oui et non. Comme la plupart de ses concurrents, le coréen mise sur la multiplication des capteurs quitte à intégrer des optiques secondaires à l’intérêt discutable. Ainsi, le Galaxy A32 5G embarque :

  • un grand-angle de 26 mm (f/1,8) ; capteur de 48 Mpxl (1/2’’ ; photosite de 0,8 µm) ; PDAF
  • un ultra grand-angle de 13 m (f/2,2) ; champs de vision 123° ; capteur de 8 Mpxl (1.4’’ ; photosite de 1,12 µm)
  • un objectif macro (f/2,4) ; capteur de 5 Mpxl
  • un capteur de profondeur de 2 Mpxl ; ouverture de l’objectif f/2,4
test galaxy a32 appareil photo

© Presse-citron

Samsung opte donc pour une configuration assez classique, voire un poil moins musclée que celle des concurrents. Le Redmi Note 10 Pro par exemple embarque un capteur principal de 108 Mpxl.

Comme chacun le sait, le nombre de mégapixels ne suffit pas à faire un bon appareil photo. Dans ce cas précis, cela aide quand même beaucoup. Ainsi, le capteur principal du A32 5G ne rivalise jamais vraiment avec celui de son rival.

Cela ne signifie pas qu’il est mauvais. Si les yeux experts observeront une nette différence de piqué, l’utilisateur lambda n’y verra que du feu. D’autant que Samsung compense la perte de détails par d’autres éléments très flatteurs pour la rétine : la saturation des couleurs et les contrastes franchement marqués. On se satisfera donc des clichés capturés avec le A32 5G pour une publication sur les réseaux sociaux.

Le capteur principal ne démérite pas non plus en basse lumière. Si la perte de détails saute aux yeux et que le bruit numérique est bien présent, l’ensemble reste tout à fait acceptable pour un smartphone à ce prix.

En résumé, le capteur principal s’en tire avec les honneurs. Nous nous risquerions même à le qualifier de bon même s’il n’atteint pas le niveau de ses concurrents (realme 8 Pro et Redmi Note 10 Pro en tête).

Nous l’évoquions plus haut, les capteurs secondaires sur les smartphones abordables relèvent plutôt de l’argument marketing que d’un vrai atout technique. Le Galaxy A32 5G, hélas, n’échappe pas à cette règle.

Ainsi, l’ultra grand-angle ne sera pertinent que si les conditions de lumière sont optimales, et encore. La distorsion est bien présente et la perte de détails flagrante. On note également une différence de rendu évidente par rapport au grand-angle. Doit-on préciser que se lancer dans des shootings en basse lumière relève au mieux de l’impossible, au pire de la folie ?

Pour les photos de près, l’objectif macro, bien que correct, est aussi pertinent qu’un patch anti-ondes collé au dos d’un smartphone (autrement dit complètement inutile). De loin, l’absence de téléobjectif nous oblige à freiner nos ardeurs : on se contentera d’un zoom 2x tout à fait correct. Au delà, les clichés sont inexploitables.

Le mode portrait est en revanche efficace même si l’IA a parfois du mal dans le détourage. La possibilité de modifier l’intensité du flou pendant et après le shoot compense largement ces petits ratés.

Le capteur frontal de 13 Mpxl (objectif grand-angle f/2,2) fait le taf si l’on ne se risque pas à le confronter à des scènes en contrejour. Le mode autoportrait est quant à lui très correct. Enfin, le Galaxy A32 5G peut filmer jusqu’en 4K à 30 im/s, sans stabilisation évidemment.

Notre avis

Aïe ! Petit couac chez Samsung avec ce Galaxy A32 5G qui ne répond pas vraiment à ce que l’on attend d’un modèle à ce prix. Commercialisé à 329 euros, il présente bien trop de défauts pour espérer éclipser une concurrence toujours plus féroce sur ce segment de prix. Son écran n’est pas à la hauteur de ce que sait faire Samsung, ses performances sont trop justes, son système de recharge trop lent et sa face avant un peu has-been.

Même du côté de la photo, pourtant l’un des gros points forts des smartphones Samsung, le A32 5G ne fait pas le poids, la faute à des capteurs secondaires trop médiocres.

Finalement, son design, son capteur photo principal et son autonomie sont ses trois seuls atouts. Bien trop peu pour justifier son tarif de 329 euros. Pour ce prix, nous vous conseillons de vous tourner vers les realme 8 Pro ou Xiaomi Redmi Note 10 Pro, bien plus complets. Et si vous tenez à rester fidèle à Samsung, le Galaxy A52 est une excellente alternative, à condition d’accepter de se passer de 5G.

Samsung Galaxy A32 5G

329€

Ecran et audio

7.0/10

Performances et interface

6.0/10

Autonomie et recharge

8.0/10

Appareil photo

7.0/10

Rapport techno-prix

6.0/10

On aime

  • Bonne autonomie
  • Design élégant
  • Capteur photo principal réussi

On aime moins

  • Performances trop justes
  • Ecran LCD mal calibré
  • Recharge trop lente
  • Capteurs photo secondaires médiocres
  • Prix trop élevé

Leave a Reply

%d bloggers like this: