TEST Doom 3: VR Edition sur PlayStation VR (PS4 et PS5)

Spread the love
  • Yum

Un mois seulement après son annonce, Doom 3: VR Edition débarque en exclusivité sur le PlayStation VR en étant jouable sur PS4 mais également sur PS5. Ce nouveau jeu affiché à moins de 30€ en version physique comprend également les deux extensions qui étaient sorties à l’époque. 17 ans après le titre original, la réalité virtuelle en plus, voyons si la mayonnaise a pris avec ce mélange entre un jeu ancien et un casque VR vieillissant.

Test réalisé sur PS5 avec PlayStation VR et Aim Controller

Seul contre tous

Si vous n’avez jamais joué aux deux premiers Doom, pas de panique puisque Doom 3 est un reboot faisant complétement abstraction des deux premiers épisodes de la série. Le scénario n’est d’ailleurs pas bien difficile à comprendre puisque vous incarnez un soldat dans une base de recherche sur Mars en 2145. Quelques minutes à peine après votre arrivée, une mystérieuse force démoniaque investit les lieux et vous force à vous frayer un chemin pour enrayer la menace et sauver votre vie. Comptez une quinzaine d’heure pour parcourir le scénario principal ainsi que les deux extensions.

Dès les premières minutes de jeu en réalité virtuelle, les graphismes datés sautent aux yeux. Si Doom 3 était à l’époque une claque graphique, on sent que les années ont passé et que l’affichage du PlayStation VR n’aide pas vraiment à mettre le jeu en valeur. Si les textures et les PNJ déformés sont assez perturbants au premier abord, l’ambiance du jeu vous fait ensuite presque oublié ce « détail ». Le jeu d’iD Software nous replonge dans une ambiance sombre, dans des couloirs étroits avec de nombreuses occasions où sursauter. Une recette à priori parfaite pour la VR.

Portage VR

De nombreux développeurs l’ont souvent répété, il est très difficile de réaliser le portage d’un jeu en réalité virtuelle lorsque celui-ci n’a pas été pensé pour cela à la base. Malgré tout, le travail réalisé ici avec ce Doom 3: VR Edition est assez bluffant puisqu’il y a 17 ans, rien n’avait évidemment été prévu pour cette réédition. L’interaction avec les décors, boutons et autres éléments qui semblent gadgets et insignifiants dans les jeux VR d’aujourd’hui se fait tout de même ressentir. Comme quoi, un seul être vous manque et… vous connaissez la suite. A la place, les développeurs nous font utiliser les différentes touches de la manette pour changer d’arme et recharger, bien loin des manœuvres à effectuer dans un Half-Life: Alyx par exemple. L’immersion en prend évidemment un coup. Autre exemple avec les ennemis qui apparaissent dans votre dos pour lesquels il est facile de réagir dans un FPS normal mais un peu plus compliqué en VR.

Seul votre poigné droit indiquant votre niveau de vie ou le nombre de balles restantes affichées sur votre arme sont des points qui méritent d’être soulignés pour un portage comme celui-ci. Nous aurions pu avoir un simple affichage à l’écran donc soulignons cet effort. Si le jeu est jouable à la manette, c’est évidemment avec le fusil Aim Controller du PSVR que nous vous conseillons l’aventure. Pour une fois, les PlayStation Move ne sont pas compatibles mais c’est un mal pour un bien.

Du coté des contrôles et options VR, là aussi les développeurs ont su proposer diverses options comme on en a maintenant l’habitude. Choix des déplacements libres ou par à-coups avec réglage des degrés, vignette lors des déplacements, taille de votre personnage…

Verdict : 7/10

Comme en souvent en VR, tout n’est pas totalement noir ou blanc et si l’aspect graphique rebutant du jeu nous a d’abord fait craindre le pire, on arrive tout de même à avancer dans l’aventure. Assez dénué de gros jeux d’aventure en réalité virtuelle, le PlayStation VR reçoit là un titre qui a le mérite de proposer une grosse durée de vie et une réalisation propre. C’est peut être d’ailleurs pour cela que Bethesda n’a pas voulu pousser ce remake sur PC VR car la comparaison avec d’autres jeux comme The Walkind Dead: Saints and Sinners lui aurait été fatale.

Leave a Reply

%d bloggers like this: