Test de la Samsung Galaxy Tab S7+ : l’iPad Pro 2020 a trouvé sa pire ennemie – CNET France

Spread the love
  • Yum

Les armes pour concurrencer efficacement Apple et son indétrônable tablette haut de gamme, Samsung semble plus que jamais les avoir cette année avec sa Galaxy Tab S7+. Compatible 5G (en option), cette dernière peut compter sur une succession de points forts pour appâter le client. 

Finitions au poil, design élégant… et accessoires convaincants  

Le premier ? Probablement la qualité d’assemblage, de finitions et de conception de l’appareil… mais aussi de ses accessoires. Tout transpire ici le soin et l’attention aux petits détails. La tablette en elle-même mise sur des flancs rectilignes et des découpes presque acérées pour se rapprocher un peu, au moins dans l’esprit, de ce que proposent les iPad Pro et iPad Air 2020. Les bords de l’écran sont dans le même temps une nouvelle fois rabotés pour permettre un taux d’occupation de 85% de la face avant par la dalle Super AMOLED.

 

Le dessus de l’appareil est aimanté pour y accrocher le stylet S Pen, tandis que le dos et la tranche inférieure permettent d’aimanter respectivement le pied et le clavier détachable (tandem vendu séparément). Une fois solidement fixé et rabattu, l’ensemble protège correctement l’ardoise de Samsung (mais aussi son stylet, grâce à un petit emplacement dorsal). Le tout s’avère à la fois élégant et pratique à l’usage. On regrettera toutefois peut-être la prise de risque limitée de Samsung, qui adopte un design classique, qui avait déjà été utilisé l’année dernière avec sa Tab S6. Misez donc plutôt sur un léger peaufinage ergonomique que sur une quelconque rupture sur le plan esthétique.

Les accessoires n’en restent pas moins au point, suffisamment pour faire du tort à ceux d’Apple. Le clavier que nous propose Samsung est confortable, sa course est relativement longue et silencieuse, et la frappe s’avère précise grâce à des touches aux dimensions assez généreuses pour un clavier de 12 pouces. Dommage par contre que ces touches ne soient pas rétroéclairées. On saluera quoi qu’il en soit la présence d’un petit trackpad, très proche de celui que propose Microsoft sur ses claviers détachables Type Cover pour Surface Pro. Le stylet S Pen répond pour sa part au quart de tour

 

Véritable « baguette magique », ce dernier est redoutablement précis pour de la prise de note ou la réalisation de croquis à main levée. Samsung a par ailleurs eu l’idée d’ajouter des commandes gestuelles au stylet… mais le résultat n’est pas vraiment satisfaisant car trop imprécis. Ces commandes ne sont par ailleurs prises en charge que par certaines applications seulement. 

Un point sur la partie son. Sur sa Galaxy Tab S7+, Samsung fait une nouvelle fois l’impasse sur une prise casque Jack 3,5 mm, ce qui est regrettable d’autant que la marque ne se donne pas la peine de fournir un adaptateur. Il faudra donc passer par un casque Bluetooth ou des écouteurs sans-fil. Si vous n’en avez pas, il ne vous restera plus qu’à vous équiper. Un appel du pied assez déplaisant auquel nous sommes malheureusement habitués sur smartphone. 

La tablette comporte pour le reste des haut-parleurs à la qualité audio juste honnête, car essentiellement centrés sur les médiums. Pour regarder des films, ils feront l’affaire, mais surtout en dépannage. Pour écouter de la musique… il faudra un casque.

Un écran Super AMOLED 120 Hz de toute beauté

Côté écran, Samsung nous sert une nouvelle fois sa technologie Super AMOLED, son contraste infini et et ses couleurs rutilantes sur une dalle de 12,4 pouces. Sous notre sonde, à l’aide du logiciel Calman, le constat est plus que convaincant, malgré une dérive colorimétrique assez marquée par défaut. Car si la température des couleurs se situe à 6553 kelvin (pile au niveau des 6500 K idéalement recherchés), avec une couverture à 146,6% du spectre sRGB et à 99,2% de l’espace DCI-P3, nous avons relevé un DeltaE correct sans plus de 3,5 avec des couleurs qui ont tendance à tirer sérieusement sur les rouges. 

 

Passer du du mode « Vif » au mode « Naturel » aura néanmoins pour effet de corriger un peu la chose. Samsung permet par ailleurs de régler manuellement la balance des couleurs pour permettre aux utilisateurs les plus pointus d’accéder à une calibration idéale. La luminosité maximal de cette dalle Super AMOLED a pour le reste été mesurée par nos soins à un maximum de 351nits en manuel, contre 450 nits tout rond en automatique.

La qualité d’image est donc globalement excellente, d’autant que tout cela est porté par une définition 2K (2800 x 1752 pixels pour 266 ppp) et par un rafraichissement à 120 Hz, ce qui permet une expérience de navigation très fluide.

Le Snapdragon 865+ à la manoeuvre pour une tablette qui carbure

Derrière cet écran OLED, s’active un SoC Snapdragon 865+ signé Qualcomm, couplé à 8 Go de mémoire vive (ou 6 Go sur les déclinaisons plus accessibles de l’appareil). En jeu, la tablette de Samsung permet ainsi d’animer les titres les plus gourmands dans les meilleures conditions. Sous Call of Duty Mobile, par exemple, nous n’avons ainsi constaté aucun problème de fluidité, tandis que le jeu était propulsé dans les niveaux de détails les plus élevés. Dommage que le titre soit surtout optimisé pour jouer sur smartphone… Sur tablette, sa plastique se montre nettement moins flatteuse.

Pour le reste, vous trouverez ci-dessus les captures d’écran de nos benchmarks sous 3D Mark, GeekBench 5 et Antutu. On relève des résultats en stress test sensiblement meilleurs que ceux affichés par la MatePad Pro de Huawei et son processeur Kirin 990, pourtant très véloce.

Rappelons que sur le plan logiciel, la Tab S7+ est animée par Android 10 et la surcouche One UI 2.5 de Samsung. Toujours en grande forme, One UI propose ici une expérience très proche de ce que l’on connaît sur smartphone, avec certains éléments qui ne sont pas sans rappeler iOS. Nous pensons notamment au volet gauche de l’écran d’accueil qui regroupe entre autre les dernières actualités ainsi que les widgets de vos applications préférées.

 

On saluera aussi la présence du mode DeX. Accessible en un clic depuis le volet déroulant des paramètres, ce dernier permet de transformer la Tab S7+ et véritable petit ordinateur d’appoint avec une interface plus adaptée à la souris.

 

Autonomie au point… mais recharge mollassonne

En dépit de ses performances, le Snapdragon 865+ sait rester sobre en termes de consommation d’énergie. L’autonomie de la Tab S7+ est donc satisfaisante, sans pour autant réserver de surprise. Tablez en clair sur une journée complète en utilisation intensive, tandis que la batterie pourra tenir jusqu’à deux petites journées dans le cas d’une utilisation plus modérée d’après nos observations. 

 

La recharge s’opère par l’intermédiaire d’un chargeur de 15 W. Très lent, ce dernier nécessite plus de 3 heures 30 pour recharger intégralement la batterie. Heureusement, la Tab S7+ est compatible avec la recharge rapide 45W (qui permet une recharge d’un peu plus d’une heure et demie seulement), mais il faudra repasser à la caisse pour se doter d’un chargeur compatible.

Partie photo honnête, capteur grand angle à oublier

En photo, le bilan est globalement assez positif, même si la Tab S7+ ne sera clairement pas de taille pour votre prochain Safari Photo. On retrouve deux capteurs dorsaux. Un premier de 13 Mpx, un second de 5 Mpx. En façade, Samsung intègre un unique module de 8 Mpx avec les capteurs nécessaires à l’identification faciale. L’ensemble tient dans la bordure supérieure de l’ardoise et évite donc le recours à un écran poinçonné.

 

Pour ce qui est de la qualité d’image, le capteur principal de 13 Mpx s’en tire avec les honneurs. Malgré un traitement logiciel pas toujours très subtil, ce module parvient à sortir des clichés convenables, avec une exposition assez au point et des couleurs naturelles. Difficile néanmoins de ne pas tiquer sur un bruit numérique marqué, même dans de bonnes conditions de luminosité. Un constat qui empire sans surprise en basse lumière. 

Grand-angle

Ultra grand-angle 

L’ultra-grand angle de 5 Mpx est pour sa part très passable, au point de vraiment marquer une différence avec les photos réalisées par son acolyte de 13 Mpx. Le bruit est ici omniprésent et l’exposition beaucoup plus aléatoire d’une photo à l’autre. On remarque aussi une distorsion parfois très nette sur les bords de l’image.

Grand-angle 

Ultra grand-angle 

 

Le capteur frontal est lui aussi très dépendant de la luminosité ambiante, correct sans plus en pleine lumière, il voit sa prestation s’effondrer lorsque la luminosité commence à manquer. On pourra dans un cas comme dans l’autre déplorer le traitement logiciel bien trop appuyé proposé ici par Samsung.

 

La Samsung Galaxy Tab S7+ face à la concurrence

Fournie avec son stylet S Pen, la Galaxy Tab S7+ se monnaye à partir de 940 euros, contre 1149 euros pour la version 5G, équipée de 8 Go de RAM et de 256 Go de stockage (notre modèle de test). Pour ajouter un clavier, il faudra ajouter 229 euros à l’addition puisque ce dernier est proposé séparément. 

 

Face à la concurrence, la Tab S7+ se place pile en face de l’iPad Pro d’Apple (proposé à partir de 899 euros). Elle concurrencera aussi, surtout en termes de public visé, le MatePad Pro de Huawei, que nous avions testé en juin (proposée à partir de 549 euros en France).

 

Conclusion 

Un iPad Pro sous Android. C’est un peu comme cela que l’on pourrait résumer l’expérience offerte par la Galaxy Tab S7+, qui peut compter sur un écran OLED de toute beauté, mais aussi sur des performances solides, une fluidité sans faille et des accessoires bigrement efficaces, pour s’imposer sur le marché famélique de la tablette Android. On regrette que Samsung n’ait pas mieux peaufiné la prestation photo de son ardoise, notamment pour le capteur grand-angle (en l’état anecdotique) et que la recharge soit aussi lente avec le chargeur fourni.

Leave a Reply

%d bloggers like this: