Test Apple iPad Pro (2020) : notre avis – CNET France – CNET France

Spread the love
  • Yum

L’iPad Pro a toujours été un compagnon de choix pour le professionnel nomade au même titre que le MacBook Air ou le MacBook Pro. Mais sous iOS, les différentes générations composant cette gamme n’ont pas été en mesure de répondre pleinement aux besoins des utilisateurs souhaitant rester productifs. L’arrivée d’iPadOS en septembre 2019 a permis aux iPad compatibles de devenir plus polyvalent. Si ce système d’exploitation propose la totalité des fonctionnalités intégrées dans iOS 13, il présente plusieurs nouveautés qui tendent à estomper un peu plus la frontière entre iPad et MacBook. Disponible depuis mars 2020 à partir de 899 euros dans sa version 11 pouces et à partir de 1119 euros pour 12.9 pouces, l’iPad Pro édition 2020 évolue peu mais dans le bon sens.

Nous avons testé le modèle 12.9 pouces WiFi + 4G avec 1 To de stockage (1839 euros).

Design : le changement, c’est pas pour maintenant

Pas de bouleversement ni de prise de risques du côté du design de l’iPad Pro 2020 qui reste sensiblement le même que celui de 2018. On retrouve ainsi un écran LCD « Liquid Retina » délimité par d’assez fines bordures, un quatuor de haut-parleurs stéréo et un port USB-C. La seule nouveauté marquante se situe au niveau de la partie photo dorsale qui abrite deux modules supplémentaires. Ils sont disposés dans un bloc carré comme sur l’iPhone 11. Tout comme ce dernier et ses prédécesseurs depuis l’iPhone X, l’iPad Pro 2020 peut être déverrouillé via Face ID.

 

Seul, l’iPad Pro 2020 pèse 641 g dans sa version 12.9 pouces WiFi (643 g pour le modèle WiFi + 4G). Associé au clavier Magic Keyboard (705 g), on arrive à 1.35 kg soit quasiment le même poids que le MacBook Air 13 pouces 2020 (1.29 kg).

Pour un usage nomade plus confortable et agréable au quotidien, le modèle 11 pouces est à privilégier avec ses 471 g en WiFi (473 g en WiFi + 4G) et un peu moins de 1.2 kg une fois couplé au Magic Keyboard (399 euros en 12.9 pouces et 339 euros en 11 pouces).

 

Écran : irréprochable

L’affichage de l’iPad Pro 2020 repose sur une dalle IPS LCD d’une définition de 2732 x 2048 pixels pour la version 12.9 pouces et de 2388 x 1688 pixels pour le modèle de 11 pouces. On arrive à une densité de pixels de 264 ppp. Cet écran embarque la technologie ProMotion qui lui offre un taux de rafraîchissement adaptatif pouvant atteindre les 120 Hz.

 

La recette de Tim Cook n’évolue pas en substance mais difficile de lui reprocher quoi que ce soit si ce n’est le choix du LCD plutôt que de l’OLED. Car oui, cet écran est toujours aussi précis, lumineux et juste dans son traitement des couleurs avec une couverture de l’espace DCI-P3. On apprécie également la fonctionnalité TrueTone qui ajuste la balance des blancs en fonction de l’éclairage ambiant. Et si l’OLED aurait apporté un meilleur contraste, la dalle de l’iPad Pro 2020 s’en tire suffisamment bien dans ce domaine pour que le choix de la Pomme ne soit pas discuté.

Audio : au-dessus du lot

L’iPad Pro 2020 compte 4 haut-parleurs stéréo (2 à gauche et 2 à droite en format paysage) qui restituent un son puissant, net et équilibré. Si vous possédez un casque ou une paire d’écouteurs filaires, l’ardoise d’Apple se montre bien moins généreuse puisqu’elle ne présente aucun port mini-jack. Par ailleurs, elle ne s’accompagne pas d’un adaptateur USB-C vers mini-jack. En revanche, elle est compatible Bluetooth 5.0.

 

En plus de ces 4 haut-parleurs, 5 micros sont intégrés sur la dernière tablette de la Pomme et celle-ci nous promet “une qualité studio”. Dans les faits, cet équipement a été salué à maintes reprises par nos interlocuteurs après un appel ou une visioconférence. Si l’iPad Pro 2020 est à l’aise pour enregistrer quelques pistes d’arpèges joués au piano ou à la guitare (sèche), il ne peut se substituer à du matériel d’enregistrement professionnel. En effet, le rendu devient vite brouillon dès que les accords sont joués avec intensité.

Performances : A12Z, l’autoroute du soleil

Alors que nous nous attendions à retrouver une puce A13X sous le capot de l’iPad Pro 2020, Apple a surpris tout le monde en baptisant A12Z celle qui succède à l’A12X. Si les deux puces reposent sur la même architecture CPU (8 cœurs cadencés à 2.49 GHz), l’A12Z se différencie de l’A12X grâce à son GPU qui exploite 8 cœurs au lieu de 7. Par ailleurs, l’iPad Pro 2020 dispose de 6 Go de RAM contre 4 Go pour l’iPad Pro 2018.

 

AnTuTu et 3DMark

Sur AnTuTu, la dernière tablette haut de gamme d’Apple atteint des sommets avec un score de 766027 points. À l’issue du test Sling Shot Extreme proposé par 3D Mark, elle marque 7307 points. Il n’est donc pas étonnant de voir l’iPad Pro 2020 gérer efficacement le multitâche. En jeu, l’ardoise continue de cocher toutes les cases et offre une expérience fluide sur tous les titres présents dans l’App Store.

 

iPadOS : des progrès mais toujours pas à la hauteur de macOS

L’iPad Pro 2020 a été lancé sous iPadOS 13. Comme nous l’avions déjà souligné lors de notre test de l’iPad 7, ce système d’exploitation réservé aux tablettes d’Apple calque l’interface d’iOS 13 et met l’accent sur le multitâche avec des fonctionnalités bien pensées comme Split View (pour afficher deux fenêtres d’une même application ou de deux applications différentes simultanément), Slide Over (pour accéder à une ou plusieurs applications via une fenêtre flottante) ou encore la prise en charge des périphériques de stockage externe. Des nouveautés qui viennent gommer un peu plus la frontière déjà étroite entre iPad et MacBook. iPadOS 13.4 rajoute une couche en assurant la compatibilité avec les trackpads et les souris.

 

Mais est-ce suffisant pour permettre à l’iPad Pro 2020 de remplacer le dernier MacBook Air 13 positionné à partir de 1199 euros (Intel Core i3, 8 Go de mémoire vive et SSD de 256 Go) ? Acheter un iPad Pro 12.9 pouces WiFi et un Magic Keyboard coûte 1518 euros. Vous avez aussi la possibilité de vous offrir un iPad Pro 11 pouces WiFi et le Magic Keyboard qui lui correspond pour 1298 euros. Vous devrez alors composer avec un écran et un clavier plus petits. On ne reviendra pas sur les qualités et les défauts de ce dernier puisque nous lui avons déjà consacré un article :

 

Les dernières itérations de l’iPad Pro et du MacBook Air permettent d’effectuer toute sorte de tâches et de les multiplier avec une facilité déconcertante. Associé à un trackpad et à un clavier, l’iPad Pro 2020 libère tout son potentiel et permet de travailler dans de bonnes conditions. Le pointeur circulaire symbolisant la souris change de forme lorsque l’on survole les différents éléments de l’interface afin de nous éviter les clics accidentels et tous les gestes disponibles sur le pavé tactile des MacBook le sont également ici. Malheureusement, le système de fenêtres d’iPadOS manque de souplesse et de fluidité par rapport à macOS. Les gestes demandés pour profiter de Split View / Slide Over sont intuitifs mais ne compensent pas ce défaut.

Split View

Slide Over

Partie photo : des ajouts bienvenus

Apple revoit la partie photo de son ardoise haut de gamme et greffe sur son dos un triple module composé des éléments suivants :

  • Un capteur de 12 mégapixels avec objectif grand-angle ouvrant à f/1.8
  • Un capteur de 10 mégapixels avec objectif ultra grand-angle ouvrant à f/2.4
  • Un capteur LiDAR

iPad Pro 2020 et iPad Pro 2018

Le grand-angle fournit des clichés excellents avec un bon piqué lorsque les conditions de luminosité sont bonnes. Sa prestation est moins honorable lorsque la lumière se fait rare. Perte de détails, bruit numérique, saturation trop élevée, à éviter.

 

De son côté, l’ultra grand-angle se défend de jour avec une bonne maîtrise de la distorsion sur les côtés et un rendu colorimétrique harmonieux. En intérieur et de nuit, le capteur sur lequel est vissé cet objectif produit des rendus moins définis.

Le LiDAR n’est pas un appareil photo mais un capteur qui vient projeter un nuage de points dans l’espace afin de constituer une cartographie 3D de cet environnement. Cet équipement est embarqué dans de nombreux modèles de voitures autonomes pour détecter les obstacles. Évidemment, celui que l’on retrouve sur l’iPad Pro 2020 n’a pas la même puissance puisque sa taille a considérablement été réduite afin d’intégrer le châssis de la tablette. Sa portée est donc limitée à 5 mètres mais c’est amplement suffisant pour scanner une pièce ou une partie de celle-ci en 3D. Ce radar peut reconnaître un certain nombre d’objets comme une chaise, une table ou une fenêtre mais aussi mesurer tout et n’importe quoi. On salue sa précision ainsi que sa rapidité d’exécution.

 

Le LiDAR permet également de profiter d’une expérience plus immersive en réalité augmentée mais pour le moment, peu d’applications exploitent toutes ses capacités et c’est bien dommage. 

En façade, l’iPad Pro 2020 présente une caméra de 7 mégapixels (f/2.2) qui fait le job en proposant des selfies de bonne qualité si l’éclairage est correct. Le mode portrait propose un détourage de bonne facture et l’effet bokeh appliqué sur l’arrière fait bien ressortir le sujet.

 

Batterie : loin du chargeur, près du cœur

Apple promet “jusqu’à 10 heures d’autonomie pour naviguer sur Internet en WiFi, regarder des vidéos ou écouter de la musique”. L’iPad Pro 2020 que nous avons eu entre les mains s’est montré très endurant pendant toute la durée de notre test. Comptez 15h pour une utilisation purement bureautique avec du traitement de texte et de la navigation internet, 14h si vous regardez entre temps quelques épisodes de votre série préférée sur Netflix et 11h pour une utilisation plus énergivore avec quelques sessions de jeu vidéo et de montage photo/vidéo. 3h seront nécessaires pour recharger la batterie de 36.71 Wh de l’iPad Pro 12.9 pouces.

 

Un point sur la concurrence

Décliné en 12.9 pouces ou en 11 pouces, l’iPad Pro 2020 n’est pas accessible à toutes les bourses. Positionnée sur le segment du haut de gamme voire du premium dans le cas de ses déclinaisons les plus onéreuses, la tablette d’Apple peut être opposée à la Samsung Galaxy Tab S6 (799 euros). L’expérience sous Android reste bien moins intuitive, complète et ergonomique. Il faut se tourner vers les Surface Pro et plus précisément vers la Surface Pro 7 (à partir de 780 euros) pour réellement gagner en productivité. La tablette de Microsoft tourne sous Windows 10 et intègre donc toutes les fonctionnalités que l’on retrouve sur un PC traditionnel.

L’iPad Pro 2020 est surtout menacé par le MacBook Air 2020 qui peut compter sur macOS pour proposer une solide base de travail. Par ailleurs, la version de base de cet ordinateur made in Apple (1199 euros avec Core i3) embarque 256 Go de stockage contre 128 Go pour l’iPad. Et n’oublions pas pour finir l’iPad Pro 2018 (899 euros en 11 pouces WiFi) qui n’a pas grand chose à envier à son successeur d’autant plus qu’il est compatible avec iOS 13.4 et peut donc être associé à un trackpad.

Conclusion

Apple ne révolutionne pas l’expérience proposée par sa tablette pour professionnels mais affine sa recette en saupoudrant ici et là des nouveautés appréciables (A12Z, WiFi 6, ultra grand-angle et LiDAR). Il n’y a pas de doute là-dessus, l’iPad Pro 2020 est l’ardoise la plus complète de la Pomme. Dommage qu’il faille investir dans des accessoires assez coûteux pour exploiter tout son potentiel. L’iPad Pro 2020 conviendra avant tout aux créatifs souvent en déplacement. Pour tous les autres, le MacBook Air 2020 paraît plus intéressant. Aussi, si vous détenez déjà l’édition 2018 de l’iPad Pro, passez votre tour sur ce modèle dont les arguments ne justifient pas un nouvel achat.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *