Ce vendredi matin vers 8 h30, des gardiens de la maison d’arrêt ont mis à jour une tentative d’évasion dans une cellule située dans le bâtiment abritant les dortoirs, au second étage, rue des Augustins, à Colmar.

Le dortoir était occupé par six détenus.

La fouille « minutieuse » a permis de découvrir un trou réalisé dans une paroi en plâtre donnant sur un ancien conduit de cheminée construit en briques rouges ; ce conduit suffisamment large pour « accueillir » un homme de corpulence moyenne mène directement aux combles de l’établissement.

Des cordes confectionnées à l’aide de draps

Dans le conduit, deux cordes confectionnées à l’aide de draps ont été découvertes dont une longue de 8 m prête à l’emploi ; elle aurait permis de se hisser jusqu’à sous la toiture de la prison.

La plus longue corde avait été attachée à une barre métallique placée en diagonale dans le conduit. La seconde corde gisait au sol, à la base du conduit.

Selon Romuald Sebillotte, délégué FO, la seconde corde longue de 4,50 m aurait pu servir à descendre du toit, en la nouant avec la plus longue.

Les surveillants avaient la puce à l’oreille…

Depuis mercredi au moins, les surveillants avaient eu à la puce à l’oreille, après la découverte de poussières suspectes dans la cellule D12 et sur le sol de la promenade.

Il semblerait, d’après le délégué FO, que des tests de solidité auraient été menés par un ou plusieurs individus : le projet d’évasion semblait donc imminent. « Cette nuit ou la nuit prochaine », croit savoir M. Sebillotte. En tout cas, tout semblait parfaitement préparé dans les moindres détails, les gardiens mettant même la main sur un « plan succinct » du dortoir et des combles.

3 détenus en “procédures criminelles”

Parmi les 6 détenus, 3 individus sont en « procédures criminelles » pour tentative d’assassinat, mœurs et meurtre. En attente de leur jugement, ces trois-là âgés de plus de 40 ans semblaient avoir de bonnes raisons pour se faire la belle.  

Ils avaient rejoint la maison d’arrêt en début d’année et ne s’étaient signalés par aucun comportement suspect selon le délégué F.O. La police nationale est sur les lieux pour mener les premières constatations.

Les 6 détenus, extraits de leur cellule, sont actuellement en salle d’attente