Tendances 2021 : L’open source gagne, les créateurs d’open source perdent

Spread the love
  • Yum

Tendances 2021 : L'open source gagne, les créateurs d'open source perdent

L’open source est en train de l’emporter, dans les bases de données et au-delà. Gartner prédit que d’ici 2022, plus de 70 % des nouvelles applications internes seront développées sur une base de données open source, et 50 % des instances de bases de données relationnelles propriétaires existantes auront été converties ou seront en cours de conversion.

C’est ce qui nous a ouvert la voie pour 2020, et il semble que la tendance se soit accélérée. L’utilisation de l’open source a augmenté alors que l’économie était en baisse, et les opportunités de carrière dans ce domaine sont un atout de la relance. Les logiciels à code source ouvert sont une aubaine pour les développeurs qui les utilisent, car ils abaissent la barrière à l’entrée et rendent leurs compétences transférables. Mais qu’en est-il des développeurs qui créent des logiciels ?

En réalité, il semblerait que pour la majorité des logiciels libres au-delà d’un certain seuil de complexité, une équipe centrale composée de quelques personnes effectue la majeure partie du travail. Ce fait empirique est étayé par une analyse des données de Github.

Nous avons mis ce thème en évidence début 2020, à la suite de l’article du New York Times sur la relation entre AWS et les fournisseurs commerciaux de logiciels libres. Wired a fait suivre cet article d’un autre article mettant en lumière le supplice des créateurs de logiciels libres. Le fait que Salvatore Sanfilippo, le « dictateur bienveillant » de Redis, quitte son rôle n’est qu’un autre incident d’une longue chaîne de burn-out des créateurs d’open source.

publicité

Quelles alternatives ?

D’éminents créateurs de logiciels open source, comme André Staltz, ont montré à quel point les créateurs ne tiraient que très peu de la valeur générée. La réponse cynique à cela serait de dire que l’open source n’est pas un modèle commercial. Mais les répercussions de l’absence d’open source seraient difficiles à imaginer. Au-delà de l’équité, les utilisateurs de l’open source eux-mêmes souffriraient d’un effondrement de l’écosystème. AWS, et le cloud en général, sont également basés sur l’open source. Alors, quelles sont les alternatives ?

Une utilisation prudente des licences open source pour éviter l’exploitation par des vendeurs qui ne rendent pas la pareille. Des modèles commerciaux data-driven qui rétablissent l’équilibre entre ceux qui font et ceux qui prennent. Des logiciels éthiques et des logiciels équitables, autrement dit repenser les licences open source. Voici quelques-unes des propositions qui ont été faites. Cependant, il semble que 2020 n’ait été une année de rupture pour aucune d’entre elles.

D’un autre côté, nous avons constaté un certain regain de pragmatisme dans le domaine de l’open source. Du côté des vendeurs commerciaux de logiciels libres, il a été suggéré que ce qui intéresse vraiment les développeurs, c’est la disponibilité, et non les conditions d’utilisation, c’est-à-dire une API librement accessible, et non un produit à code source ouvert.

DataStax est un vendeur qui illustre ce changement de cap, en essayant de trouver un équilibre entre faire amende honorable avec AWS et renouer avec la communauté. De son côté, AWS a innové en concluant un accord de partage des recettes avec un fournisseur de logiciels libres, Grafana. Nous ne savons pas vraiment dans quelle mesure l’appel aurait pu influencer cette décision, mais nous considérons qu’il s’agit d’un premier pas dans la bonne direction. D’autres doivent suivre.

Cet article fait partie de notre dossier sur les tendances technologiques en 2021. Pour aller plus loin, lire aussi :

Leave a Reply

%d bloggers like this: