Tempête Ciara : les vents soufflent vers l’est de la France – Le Monde

Spread the love
  • Yum
A Wimeureux, dans le Pas-de-Calais.

Arbres abattus sur les chaussées, toitures envolées, poteaux électriques à terre… La tempête Ciara a poursuivi, dans la nuit de dimanche 9 à lundi 10 février, sa progression vers l’est de la France. Météo-France a levé lundi à 6 heures son alerte pour huit départements d’Ile-de-France ainsi que l’Eure-et-Loir, le Loiret et l’Orne mais l’a maintenue pour 31 autres sur un arc allant du Finistère au Territoire de Belfort ainsi que pour la Corse. Elle a aussi mis les Alpes-Maritimes sous surveillance.

« Dès le lever du jour, on s’attend à avoir des appels pour des objets envolés ou des arbres tombés à terre. La tempête a soufflé fort dans le nord du département mais sans conséquences pour nos concitoyens et les dégâts sont somme toute modérés », a résumé le capitaine William Guyot, des pompiers du Doubs. « Le plus gros reste à venir, le vent se renforce de nouveau avec un pic attendu », ont cependant mis en garde les pompiers du Bas-Rhin en tout début de matinée.

Dans le Grand Est, outre le dégagement de nombreux arbres couchés sur les chaussées, les pompiers ont signalé des toitures envolées ainsi que des poteaux et des lignes électriques tombés à terre mais pas de blessés.

A Saint-Dié-des-Vosges (Vosges), 150 m2 d’une toiture d’école ont été soufflés, et à Vogelsheim (Haut-Rhin), une centaine de pompiers étaient mobilisés par l’incendie d’une scierie dont « les flammes sont constamment attisées par le vent », selon les services de secours. A Sarrebourg (Moselle), des rafales de vent atteignant 131 km/h ont été enregistrées par Météo-France. Elles ont culminé à 152 km/h sur le Ballon d’Alsace (Vosges).

Lire le récit : La France n’est pas préparée au « choc climatique » qu’elle subira d’ici à 2050

Des comportements « inconscients »

A Plobannalec-Lesconil, dans le Finistère, dimanche 9 février.

Dans le nord de la France, le vent devait commencer à faiblir en début de matinée de lundi mais se renforcer progressivement sur les Alpes ainsi qu’en Corse, selon les prévisions de Météo-France. Sur l’île de beauté, les rafales devraient atteindre près de 200 km/h au plus fort de l’événement dans la nuit de lundi à mardi.

Quarante-deux départements allant du Finistère jusqu’au Doubs en passant par le Pas-de-Calais avaient été placés dimanche en vigilance orange « vents violents » par Météo-France.

Un quadragénaire s’est tué en chutant de sa trottinette dimanche après-midi à Drancy (Seine-Saint-Denis), un accident qui pourrait être lié aux rafales de vent dues à Ciara, selon une source policière.

Le littoral fait, lui, l’objet d’une alerte « vagues-submersion » depuis l’estuaire de la Loire jusqu’aux plages du Nord, les forts coefficients de marée renforçant le risque. Dans la Manche, le trafic des ferries reliant Calais à Douvres (Grande-Bretagne) a été suspendu « jusqu’à nouvel ordre », selon la porte-parole du port de Boulogne-Calais. Les liaisons entre Poole et Cherbourg ou Dieppe et Newhaven ont elles aussi été annulées dimanche.

A Wimereux (Pas-de-Calais), où des amateurs de glisse sont sortis en mer, les sauveteurs de la SNSM ont dénoncé des comportements « inconscients », ne respectant pas les « appels à la prudence les plus élémentaires » émis par les préfectures.

Lire le décryptage : Le dérèglement climatique aggrave la fragilité du littoral français

Vols annulés ou retardés

Dans les airs, les liaisons ont également été fortement perturbées : plusieurs vols ont été retardés et même annulés pour certains dans les aéroports de Caen, Lille ou Brest, affectant des milliers de passagers, quand celui de Beauvais a suspendu tout trafic, au moins jusqu’à 7 heures lundi matin.

A Paris-Charles-de-Gaulle et Paris-Orly, une cinquantaine de vols ont été annulés et des retards ont été enregistrés, les autorités aéroportuaires incitant les passagers à s’informer auprès de leurs compagnies.

A l’intérieur des terres, la circulation automobile ou ferroviaire était compliquée par des chutes de branches ou d’arbres comme en Ile-de-France, le trafic a été coupé sur une partie de la ligne H du Transilien. Depuis la gare de Paris-Nord, plusieurs trajets ont été modifiés, retardés ou supprimés. En Normandie, des liaisons TER ont été remplacées par des autocars, tandis qu’en Centre-Val de Loire, celles entre Chartres et Le Mans ont été annulées.

Dans les Hauts-de-France, l’ensemble du trafic SNCF a été interrompu à partir de 20 heures, à l’exception des TGV circulant depuis et vers Paris, Lille, Arras, Dunkerque et Calais Fréthun. La SNCF a également annoncé la suppression de plusieurs TER dimanche soir et lundi en Lorraine et en Alsace, « par mesure de sécurité ».

Les secours ont été particulièrement sollicités : le SDIS du Nord a par exemple recensé « plus de 400 interventions en lien avec la tempête ». Les toitures des bâtiments de la police municipale à Caudry ou d’un collège au Quesnoy ont été endommagées.

Sur le réseau électrique, Enedis faisait état de perturbations sur la côte boulonnaise ainsi qu’à Calais, Dunkerque, ou encore Liévin. Des coupures ont également été enregistrées dans le Finistère, selon la préfecture. Selon Enedis, 130 000 foyers sont privés d’électricité.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *