Crédits Tero Vesalainen via Pixabay CCLa révélation pourrait être surprenante si elle n’était pas aussi commune. Une enquête du site américain Motherboard vient en effet de révéler que plusieurs salariés de Snapchat auraient utilisé des outils internes à l’entreprise pour collecter et utiliser des données privées liées à certains utilisateurs. L’initiative, privée,  ne constituerait pas pour autant un cas isolé.

“Protéger la vie privée est primordial chez Snapchat. Nous gardons peu de données et nous avons des règles et des contrôles solides pour limiter l’accès interne à ces données. Un accès non autorisé constitue une violation claire des standards de l’entreprise” – Snapchat à Motherboard

Pour espionner les internautes, les employés concernés auraient utilisé SnapLion, une fonctionnalité interne du réseau social, destinée à identifier un utilisateur en cas de comportement illicite, d’enquête judiciaire ou de cyberharcèlement. Plusieurs types de données personnelles ont ainsi pu être récoltées sans aucune justification. Données de localisation, numéros de téléphone, adresse mail, mais aussi photos et vidéos ayant transité par l’application… Si de tels outils destinés à identifier des utilisateurs en cas d’infractions pénales ne sont pas nouveaux, rappelle Motherboard, leur utilisation à des fins personnelles pose en revanche question. Un porte-parole de Snapchat a d’ailleurs rappelé qu’un accès illégitime ou non autorisé aux outils internes de l’entreprise constituait “une violation claire des standards” de cette dernière.

Même si Snapchat assure ne pas espionner ses données utilisateurs, et que le réseau social a même instauré le chiffrement total des messages transitant sur sa plateforme depuis janvier 2019, les potentielles dérives autour de l’utilisation de ces outils sont clairement inquiétantes, surtout quand on sait que beaucoup d’internautes utilisent justement le réseau social au logo jaune pour la durée de vie limitée de ses messages.