Chrome est aujourd’hui le navigateur Internet le plus utilisé sur PC et appareil mobile. Google signe une belle réussite. Ce succès ne serait pas vraiment un succès mais le fruit d’une politique agressive afin de tuer la concurrence. Explications.

La guerre des navigateurs est-elle terminée ? Chrome est-il le grand gagnant ? Pour le moment il est difficile de répondre mais la concurrence vient de s’appauvrir avec l’abandon de Microsoft. Le géant du logiciel est délaissé son moteur EdgeHTML au profil de Chromium qui équipe Google Chrome. Dans un tel contexte il devient de plus en plus difficile pour Mozilla d’imposer son Firefox et de défendre ses valeurs.

Dans une récente intervention Johnathan Nightingale un ancien de l’équipe Firefox aborde le changement d’attitude de Google. Il explique que le géant de la recherche a été le plus grand partenaire de Mozilla jusqu’à la décision de développer un navigateur concurrent, Chrome.

Mozilla Firefox, l’arrivée de Chrome a tout changé

Selon lui tout a basculé lorsque Chrome a été opérationnel pour un lancement grand public. Google s’est alors tourné vers des « astuces » pour accroître la popularité de son navigateur tout en ralentissant celle de Firefox.

Il souligne

« Les annonces Google Chrome ont commencé à apparaître aux côtés des termes de recherche Firefox. Les services gmail et gdocs ont commencé à rencontrer des problèmes de performances et des bugs avec Firefox. Les sites de démonstration ont bloqué faussement Firefox comme « incompatible » »

Interrogé sur tous ces soucis, Google aurait reconnu ces incidents tout en promettant de les résoudre rapidement. La situation se serait cependant compliquée avec de nouveaux problèmes et de nouvelles promesses pour les résoudre.

Johnathan Nightingale explique

« Alors nous disions «hé qu’est-ce qui donne?» . Et chaque fois, ils disaient: «oups. C’est accidentel . Nous réglerons le problème lors de la prochaine mise à jour dans deux semaines». Encore et encore. « Oops un autre accident Nous allons le réparer bientôt. Nous voulons les mêmes choses. Nous sommes dans la même équipe.Il y avait des dizaines d’oops. Des centaines peut-être. »

Cette approche aurait finalement poussé les utilisateurs de Firefox à adopter Chrome pour continuer à utiliser des services sans avoir de plantage. Il ajoute

« Nous avons perdu des utilisateurs à chaque occasion. Nous avons consacré des moyens et des efforts à chaque problème au lieu d’améliorer notre produit. Nous avons été mis à l’écart et lorsque nous nous sommes aperçus de la situation, beaucoup de dégâts avaient été fait. »

Google n’a pas réagi à ces déclarations.